Le couché du soleil ~ (feat Galy)

 :: ZONE RP :: Les Alentours :: Partie Nord :: Le Lac de Cristal Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 57
Mer 22 Juin - 11:05

Le couché du soleil


~ Un lac majestueux ~





La journée se terminait, le soleil couchant, le ciel orangé avec quelques nuages roses, c’était un spectacle magnifique. Ser Veresta et moi étions en train de marcher pour vérifier que tous les internes aient bel et bien au dortoir. Bien évidemment, je ne vais pas abuser non plus et engueuler un ou une pauvre élève qui était en train de rentrer dans sa chambre… Ser Veresta avait l’air de bien s’amuser ici. Je suis content parce qu’au moins, il pourra rigoler, jouer ou autre chose car il ne pouvait, malheureusement, pas le faire quand on était au palais. Comme c’était un Pokémon évolué au stade final, il était considéré comme un « adulte » et donc devait rester sérieux tout le temps. M’enfin, je n’étais pas trop d’accord avec cette vision des choses mais je devais me taire parce que comme je suis un chevalier, il fallait que j’accepte les choses comme elles l’étaient… Mais maintenant que je vis ici et plus au palais, je vais enfin pouvoir un peu me lâcher. Sans trop me lâcher bien sûr, je veux garder quand même en tout point ce caractère de chevalier qui m’a forgé.

Je faisais ma ronde avec Ser Veresta quand un employé interne a appelé sur mon téléphone. Car oui, après tout, il faut bien qu’on se donne nos numéros en cas de problèmes dans l’académie. Celui-ci m’a dit que comme à l’académie il semblait ne plus avoir trop de gens, des surveillants ont été demandé à aller voir dans chaque partie de l’île. Mon chemin était vers la partie du nord. Du coup, Ser Veresta et moi sommes directement partis vers le nord afin d’accomplir la tâche qu’on nous avait demandé. Comme j’étais nouveau, pour éviter de trop se faire remarquer, il valait mieux accepter n’importe quelle tâche que l’on me proposait.

Nous y étions enfin… La partie nord ! Un géant chemin rocheux nous accueillait. Il était magnifique malgré que ce n’était que des rochers assemblés l’un contre l’autre et qui formaient un chemin. J’ai marché le long du chemin tout en vérifiant aux alentours s’il n’y avait personne. Et justement, apparemment, il n’y avait personne. Une fois arrivé à la fin du chemin, je suis tombé sur un endroit avec un lac majestueux. Les montagnes enneigées en fond formaient un paysage vraiment magnifique avec le soleil qui se couchait derrière celles-ci. Ser Veresta en était émerveillé aussi et il ne le cachait pas du tout. J’ai marché le long du lac, dans l’herbe, jusqu’à trouver une personne non loin de mon emplacement. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais l’impression de l’avoir déjà vue. Peut-être à sa façon de s’habiller ? Elle devait être dans l’académie certainement… Je me suis approché de la personne qui se présentait comme une jeune femme à la teinture de cheveux bleue. Ser Veresta s’est déplacé pour se mettre à côté d’elle.

- Bonsoir mademoiselle, excusez-moi tout d’abord de vous dérangez pendant votre admiration de ce lac majestueux mais, je suppose que vous êtes dans l’académie… Comment vous appelez-vous ?

Je me suis approché des deux et ai fait une révérence à la jeune femme.

- Excuse-le, Ser Veresta est un peu émerveillé par le lac alors il est dans tous ses états.

J’ai tourné la tête pour admirer le lac à nouveau. Même si ma tâche était de veillé à ce que tous les internes filent vers le dortoir, cette vue en valait énormément la peine. J’ai croisé le regard de la jeune femme.

- C’est vrai que le lac est magnifique…

Reprenant un peu mes esprits, j’ai soupiré discrètement et ai recommencé à prendre mon statut un peu plus au sérieux. Lui redemandant quel était son nom et si elle était dans l’académie.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Mer 22 Juin - 14:51






La journée touchait à sa fin. Ou au moins à la fin des cours. Enfin... J'avais difficilement passé ce long jour, qui me parut interminable. J'avais encore passé la soirée à lire, du coup le matin, j'étais loin d'être fraiche et dispose. Et elle était longue, et pénible... Essayez de retenir une danseuse, statique, toute une journée sur une chaise, à écouter les cours des professeurs. Non, c'était juste intenable. Je n'avais pu m'empêcher régulièrement de taper frénétiquement du pied ou tapoter ma table de cours de mes ongles, ce qui m'avais d'ailleurs attiré pas mal de regards inquisiteurs, mais j’eus tellement envie, et surtout besoin, de sortir et me dépenser.

Ce n'était pas une question d'ennuis, oh non, c'était vraiment passionnant, ces professeurs avaient le bon moyen d'attirer l'attention de la foule d'élèves plus ou moins dissident ou distrait, c'était un point fort pour les cours de Coordination, mais il me fallait un peu d'action. Mais nous n'avions eu que des cours de méthode aujourd'hui, et aucun de pratique. Du coup, toute la journée, à une table, à inscrire des formules, des techniques, plutôt que les utiliser. C'était... Lassant.

Apprendre la méthode était un bon début, certes nécessaire, toutefois c'était vraiment la pire partie dans l'apprentissage, et définitivement, je n'étais pas faite pour ne pas bouger de la journée, rester enfermée dans une salle étroite à écouter parler un professeur, et parfois l'intervention des élèves.

La cloche sonna pour la dernière fois de la journée, et mes affaires furent rapidement remballées dans un sac de cours, et je me précipitais à l'extérieur pour profiter du plein air, enfin libre, mais exténuée. Je n'avais pas particulièrement envie de retourner dans ma chambre, agacée d'être entre quatre murs. Besoin d'espace, besoin de respirer. Et de repos aussi. Seule, si possible. Je profitais également de cet instant pour sortir mon compagnon de sa pokeball, qui se frotta joyeusement à ma jambe, enfin de sortie lui aussi. Nous n'étions pas fait pour ce mode de vie. S'assoir et écouter, très peu pour nous. Bouger et se dépenser, agir plutôt que regarder les autres agir. Je regardais rapidement autour de moi, ne sachant trop vers où me diriger, faisant dos à l'Académie. Pas question d'y retourner. Pas pour le moment du moins. Je commençais à marcher, me laisser porter par le vent.

J'arrivais alors à un espace vide, isolé de tout, parfait. Je déambulais tranquillement dans l'herbe, ne sachant où poser les yeux, agitant parfois les pan de ma robe noire et bleue favorite, qui m'arrivait aux cuisses et possédant une légère traine plus longue à l'arrière, avec des motifs floraux dessiné en velours noir. Les talons de mes chaussures claquaient parfois sur des pierres, produisant un son fort plaisant à mes oreilles.

Je me laissait emporter sur le dos du vent, finissant par arriver à un somptueux lac d'eau claire, à un moment propice de la journée : le crépuscule. Je m'installais dans l'herbe légèrement humide, non loin de l'eau, admirant le panorama magnifique qui s'offrait à ma vue, inspirant profondément. Cette partie de la journée me rendait rapidement nostalgique, perdue dans mes pensées, j'observais l'horizon, l'air triste. Tout ce passait bien depuis que j'étais arrivée, je n'avais pas eu trop d'ennui, heureusement. Bon, il m'arrivait parfois de me retrouver dans des situations délicates, mais j'essayais de m'en sortir... Enfin... J'avais tout quitté pour venir ici, dans l'espoir de devenir une Etoile de la danse mais... Je ne pouvais m'empêcher de penser à mes proches qui me manquaient, loin... J'étais grande désormais, dix sept ans, j'étais loin d'être une enfant, et un jour je devais bien quitter le nid familial mais... J'avais envie de les revoir.


- Bonsoir mademoiselle, excusez-moi tout d’abord de vous dérangez pendant votre admiration de ce lac majestueux mais, je suppose que vous êtes dans l’académie… Comment vous appelez-vous ?

J'ai sursauté, ne m'attendant pas à trouver quelqu'un ici, et certainement pas à ce qu'il s'adresse soudainement à moi, revenant brusquement à la réalité. Je me tournais soudainement vers l'origine de la voix, le coeur battant, encore sous le coup de la surprise. Qu'est-ce que ? Quoi ? Un pokemon ? Il était assez imposant... Il devait appartenir à quelqu'un, avec une telle façon de parler. Justement, son dresseur ne tarda pas à apparaitre dans mon champ de vision... Et fit une révérence. Je le regardais avec des yeux ronds, surprise d'une telle attitude.

- Excuse-le, Ser Veresta est un peu émerveillé par le lac alors il est dans tous ses états.

Mon pokemon s'était précipité derrière moi, se cachant, tout tremblant. Il était bien petit si on le comparait à l'autre. Je hochais alors la tête, timidement. C'est vrai que la vue était splendide, mais il n'avait pas à s'excuser de quoi que ce soit, enfin je pense... Puis d'une voix un peu plus assurée, le dresseur me demanda mon nom. Aie... C'était un employé de l'Académie ? J'étais en tort d'être ici ? Je n'avais pas envie de me faire punir !
- Euh... Je suis Galathéa Allister, je ... Je suis Coordinatrice à l'Académie... Je ne savais pas que c'était interdit de venir ici, je suis désolée !


Je commençais à me lever prestement, retira les quelques mèches de cheveux que j'avais sur la figure, et m'excusa à nouveau auprès de cette personne que je ne connaissais pas encore. Fichtre, si je venais à recevoir une punition peu de temps après mon arrivée, ce n'était vraiment pas sérieux.

- Je ... Je vais partir, rejoindre ma chambre...





_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 57
Mer 22 Juin - 19:21

Le couché du soleil



~ Ser Veresta ~





M’ayant aperçu et certainement étonnée de mon attitude, la jeune femme se nommant Galathéa Allister faisait bel et bien partie de l’académie. Elle y était coordinatrice. Franchement, rien qu’à son look, ça ne m’étonnait pas du tout et ça lui allait parfaitement bien d’ailleurs cette branche ! Elle a commencé à stresser comme une folle. Elle avait peur de moi peut-être ? Se doutant que je faisais partie de l’académie ? Hm… Pourtant je doute de faire peur à qui que ce soit. Après tout, je ne possède pas un physique de gros bagarreur, prêt à frapper quiconque à première vue… M’enfin bon, c’était certainement pour éviter d’avoir des problèmes ou un avertissement ou une heure de colle. Mais, je ne suis pas de ce genre…

Elle a commencé à s’emporter et à vouloir déguerpir d’ici au plus vite. Mais non, après tout, le paysage est magnifique et… Selon mon point de vue, si j’étais un étudiant, je préférerais venir ici que d’aller à l’académie. Juste pour avoir un peu de paix… De ce que je me souviens, c’est bien mieux les vacances que les cours après tout.

-  Je ... Je vais partir, rejoindre ma chambre...

J’ai doucement rigolé en voyant à quel point Galathéa se montrait stressée.

- Mais non, ne t’en fais pas, tu peux rester ! Je ne vais rien te faire, après tout, une journée de cours c’est pas rien ! Un petit instant de paix fait toujours du bien que ce soit psychologiquement ou physiquement. Et puis, l’air est si pur ici…

J’ai fermé les yeux et ai inspiré profondément avant de soupirer d’aise. J’ai regardé Ser Veresta qui avait l’air d’être attiré par quelque chose derrière la jeune femme. J’ai regardé vers l’endroit dont l’épée fantomatique était absorbée et j’ai pu apercevoir un petit Pokémon noir. Il s’agissait d’un Zorua. Son évolution est Zoroark et le Pokédex raconte qu’il peut se transformer en humain ou en d'autres Pokémon et qu’il se protège du danger en dissimulant sa vraie identité par le fait que ce Pokémon est très rare. Des malfrats pourraient lui vouloir du mal. Ser Veresta s’est approché de celui-ci.

- Bonjour Zorua, n’ai pas peur, nous ne sommes pas des criminels.

Après avoir regardé la scène entre le Zorua et l’Exagide, j’ai tourné le regard vers Galathéa.

- Je vois que tu es stressée. Si tu veux on peut s’asseoir et discuter. Qu’y a-t-il, les cours t’ont un peu « saoulée » si je puis dire ? Ou quelqu’un t’ennuie ? Si quelqu’un t’ennuie, n’hésite pas à me le dire. Lui dis-je en lui faisant un grand sourire.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Jeu 23 Juin - 19:34






J'avais commencé d'un petit pas léger à me diriger vers l'Académie, rejoindre ma modeste chambre à l'internat, sous le regard de cet homme portant un costume sobre de couleur blanc et marron. D'un coup d'oeil j'en avais déduit qu'il s'agissait d'un employé de l'Académie mais peut être avais-je tort ? Avais-je jugé trop vite ? Était-ce juste un élève portant une espèce d'uniforme ? Non... Cette façon de s'adresser à moi, pour connaitre mon nom, mon prénom, c'était clairement un adulte face à une "enfant", ou au moins une étudiante. Ou alors il se jouais de moi, en prenant des airs plus matures pour m'embrouiller l'esprit ? ... Non, là je devenais parano. Trêves de balivernes, je devais vite filer d'ici avant de me prendre une correction.

Alors que je m'apprêtais à prestement quitter les lieux, je l'entendis pousser un petit rire, qui me raidit sur place, instantanément... Se moquait-il de moi ? Je me tournais lentement vers lui, pour le regarder en face, essayer de lire sur son visage. Non... Cela ne ressemblait pas à de la moquerie, visiblement... Contre toute attente, il m'invita à rester, ce qui me surprit, mais je ne savais pas si j'étais dans le sens positif ou négatif. J'étais soulagée de ne pas me prendre une punition, enfin si c'était bien une espèce de surveillant ou je ne sais quoi, mais d'un autre côté... Si j'avais décidé de m'isoler c'était bien pour une raison... Être seule. Enfin. Peut être ne faisait-il qu'un tour aussi, puis qu'il partirait prochainement, après avoir profiter de l'air frais et enivrant qu'offrait cet espace naturel, teinté des couleurs chaudes du crépuscule naissant. Je m'assis à nouveau dans l'herbe légèrement humide, cette fois-ci en repliant mes jambes au niveau du corps, posant mon menton sur mes genoux et entourant mes jambes de mes bras, le regard perdu dans l'horizon, silencieuse. Je jetais un rapide coup d'oeil sur mon Zorua. Il n'appréciait pas être en présence de pokemon plus gros que lui, s'imaginant déjà perdre le combat qu'on pouvait lui lancer. Il n'aimait pas ce battre. Enfin, peut être qu'il aimerai les combats si il pouvait gagner de temps en temps. Il suffisait juste d'un peu d'entrainement. Je ris doucement en voyant son poil hérisser de plus belle quand l'étrange pokemon violet lui adressa quelques mots. Pour ma part, je tâchais de le rassurer, en le caressant doucement, lui murmurant d'une voix douce qu'il n'avait rien à craindre. Il n'y allait pas avoir de combat, n'est-ce pas ?


- Je vois que tu es stressée. Si tu veux on peut s’asseoir et discuter. Qu’y a-t-il, les cours t’ont un peu « saoulée » si je puis dire ? Ou quelqu’un t’ennuie ? Si quelqu’un t’ennuie, n’hésite pas à me le dire.

Je relevais doucement la tête, et me tourna à nouveau légèrement vers lui, pour le regarder. Il avait donc décidé de rester, finalement, lançant ainsi la conversation. Ce n'était pas grave. Je lui rendis timidement son sourire, qui lui était bien plus important. Il parlait comme un jeune, mais essayait d'être sérieux. Je pense que je ne me trompais pas. Il devait faire parti de l'équipe pédagogique que l'Académie.

Je réfléchis quelques instants, toujours silencieusement. Que pouvais-je bien lui dire ? Je n'avais pas trop envie d'étendre toute ma vie, et puis... Non, il n'y avait rien en particulier qui me gênait, ou aucun ennuie en vue, enfin sauf celui de mon premier jour mais cela c'était plutôt "bien" finit, disons. Après je ne suis pas non plus un aimant à problème. Je les évite d'ailleurs. Discrète comme je suis, peu de personne finalement fait attention si je suis dans les parages, et ce n'est pas pour me déplaire. Mais pour me demander une telle chose, avait-il remarqué mon air triste de tout à l'heure ? Cela se lisait sur mon visage mon petit vague à l'âme ? Je baissais les yeux, lentement, regardant l'herbe qui prenait une couleur sombre avec la nuit qui s'annonce. Quand au lac... On aurait dit un bain d'or chatoyant avec le soleil qui s'y reflétait.


- Merci... Mais non, tout va bien. C'est juste... Un petit coup de blues. Mais ça va.

C'était sincère, mais je n'avais pas spécialement envie d'en dire plus, surtout que je ne savais toujours pas à qui j'avais affaire, en fait. Mon regard se posa d'abord sur son pokemon, puis sur lui, intriguée. J'hésitais... Je lui demande, ou non ? Que pouvais-je bien risquer de poser une si banale question ? Pas grand chose, n'est-ce pas ? Ce n'est pas comme s'il allait me jeter dans le lac pour m'y noyer... Quoi qu'en y réfléchissant... Seuls devant une étendue d'eau, personne aux alentours, son pokemon imposant... Non, là j'étais vraiment parano. C'était limite ridicule.

- Et ... Qui êtes-vous ?

Il avait beau me tutoyer, je préférais ne pas en faire de même, surtout si c'était bel et bien un employé de l'Académie. Je me sentirais si stupide de tutoyer d'un coup un surveillant ou autre chose. Du coup, j'optais pour la sécurité. Enfin... Je voulais au moins pouvoir mettre un nom sur cette personne, savoir de qui s'agissait-il, je ne connaissais que celui de son pokemon ... Qu'était-ce déjà ? "Serre Velustra" ? Un nom composé qui me paraissait compliqué...






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 57
Jeu 23 Juin - 20:24

Le couché du soleil



~ Présentations ~





Finalement, l’ayant invitée à rester, Galathéa s’est assise à nouveau dans l’herbe avant de m’affirmer qu’il n’y avait rien et qu’il s’agissait juste d’un « coup de blues ». Oui, parfois ça arrive sans raison apparente et c’est très gênant quand ça arrive. Mais sinon, elle allait bien. J’ai fait un petit soupire en riant, la comprenant parfaitement bien. Galathéa m’a demandé ensuite qui étais-je. Je n’allais certainement pas lui mentir en falsifiant mes informations et en me faisant passer pour un élève. Non, je ne suis pas ce genre de personne. Il suffira de lui dire sincèrement qui suis-je et que suis-je.

- Je m’appelle Kishi Densetsu. Je suis surveillant à l'académie et on m’a envoyé pour vérifier que tout le monde est bien rentré pour le couvre-feu. Et si quelqu’un n’était pas rentrer il fallait la punir ou lui mettre une note, mais cette idée ne me plaît pas trop alors je ne mets aucune note et ne donne aucune punition.

Mon téléphone à soudainement sonner. C’était pour demander si tous les élèves étaient bien rentrés. J’ai eu un petit moment de silence et de stress. Je pense que ça s’est vu à ma tête. J’ai repris doucement mes esprits avant de regarder Galathéa et de répondre à la personne au téléphone.

- Oui il y en a une, je la ramène le plus vite possible.

La personne à l’autre bout du fil m’a répondu que dans ce cas, il suffisait de la ramener à l'académie pour qu'ensuite mon service soit fini. Je pouvais passer à l’académie pour reprendre mes affaires et enfin, rentrer chez moi. J’ai remercié la personne et le lui ai souhaité une bonne soirée avant de raccrocher en soupirant. J’ai souris à Galathéa.

- Ne t'en fais pas, tu n'auras rien.

Je me suis assis dans l’herbe laissant une jambe tendue et une autre ramenée vers mon corps avec mon bras posé dessus. J’ai fermé les yeux en inspirant doucement. Comme je l’ai dit, mon but n’est pas que les étudiants aient des ennuis. Les ennuis, c’est tout ce qu’il y a de pire et surtout si c’est entre élèves. Parfois ils ne remarquent même pas que leurs paroles qu’ils disent peut-être en l’air ne sont peut-être pas des paroles en l’air comme ils le prétendent pour d’autre. Ça peut énormément blesser quelqu’un sans que personne ne le sache. Je ne veux en aucun cas qu’un des étudiants présents ici subisse la même chose que ce que j’ai vécu. C’est atroce comme douleur… J’ai tourné le regard vers Galathéa.

- Tu sais, toute à l’heure quand je t’ai dit que si quelqu’un t’ennuyait il ne fallait pas hésiter à me le dire. J’étais très sincère. Je n’ai pas envie que quiconque à l’académie subisse quelconque forme d’harcèlement ou d’agression que ce soit verbal ou physique. Donc je te le redis pour en être sûr, si t’as des problèmes n’hésite pas.

Ser Veresta s’est approché de l’eau avant de léviter au-dessus de celle-ci. Il observait calmement le paysage avant de se tourner vers nous et a commencé à utiliser ses pouvoirs spectraux pour faire un magnifique spectacle avec l’eau. C’était digne d’un spectacle de coordination ! Mais bon, ce n’est pas trop mon « kiff » la coordination… Même si parfois, regarder un ou deux spectacles me fait toujours plaisir. Une fois la démonstration de Ser Veresta finie, il s’est approché de moi. J’ai rigolé en lui tapotant la tête avant de lui dire que c’était très bien fait. Il en était très fier et l’a même montré en se mettant en forme attaque et en se mettant comme un soldat au garde à vous.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Dim 3 Juil - 23:37






Je fixais toujours l'onde d'or de ce lac magnifique, tandis que j'écoutais cet homme que je ne connaissais pas, l'air mélancolique sur ma frimousse, humant doucement le parfum du vent qui se rafraichissait au fil des minutes, le soleil se couchant pour laisser le trône céleste à sa discrète sœur qu'était la lune, expirant tout aussi doucement cet air subtil durant un discret soupir, entremêlé de bien-être et de sentiments obscurs. Je ne pouvais placer de mots sur ce que je ressentais actuellement. Ce n'étais pas de la joie, mais pas non plus de la tristesse. C'était comme en peinture, lorsque l'on essaie de créer une nouvelle couleur à partir de quelques unes déjà à disposition. On tente vainement de mélanger certaines teintes pour finalement obtenir un étrange résultat que l'on pouvait peiner à identifier. Du ... "Gris-marron-rose ? Du "blouge" ? Impossible de se mettre d'accord sur une couleur spécifique pour lui donner un nom clair. C'était un peu ce que je ressentais. Peut être même avec un brin de vide. Un lourd vide dans le cœur qui se perdait dans la contemplation d'un lac se changeant lentement en eau d'argent, grisonnant, aux reflets de bleu de nuit, encadré d'un paysage fantastique aux allures de conte de fée. Je pense garder ce lieu en mémoire, et y revenir souvent lorsque l'envie m'en prendra, de m'isoler non loin de l'Académie, cet environnement vivifiant et cet espace paraissant sans limite, immense et parfaitement isolé. Et sa faible fréquentation des élèves ne pouvaient qu'être un petit plus à ne pas négliger, cela pourrait très bien me servir de point d'entrainement, lorsque je serais plus d'humeur.

L'homme se présenta enfin, sous le nom de Kishi Densetsu, et s'avéra être bel et bien un surveillant de l'Académie, comme je l'avais imaginé. Toutefois, ces paroles suivantes me jetèrent un petit froid. J'ignorais ce point du règlement qui avait mis en place cette histoire de couvre-feu, et me voici dans l'indélicate situation de "délinquante", ne respectant pas cette règle importante de l'établissement. Néanmoins, bien qu'il m'assura ne me donner aucun blâme, je n'en tins pas rigueur. J'étais fautive, et je ne souhaitais pas davantage aggraver mon cas déjà au plus mal. Je devais partir, si possible au plus vite, si je ne voulais pas que cela empire. Mais apparemment trop tard, je n'eue pas le temps de me remettre sur pieds qu'une sonnerie de téléphone retentit dans le silence majestueux de ce lac imperturbable, qui me raidit sur place de stress. Je fixais alors Kishi, dont le visage ne me rassura guère, tout aussi nerveux que moi, si ce n'est peut être moins. Il semblait parler de moi, à la personne à l'autre bout du fil. Je me mordis l'intérieur de la joue. Qu'allait-il m'arriver, dorénavant ? Une heure de colle ? Deux ? Plus encore ? Aussi tôt après mon arrivée ? Me voilà dans un sacré embarras...

Contre toute attente, je le vis alors sourire doucement, ce qui m'étonna quelque peu, en toute franchise, ne comprenant pas trop pour le moment la raison de cette réaction, après avoir rompu l'appel. Il m'assura à nouveau que je ne risquais aucune punition, avant de s'assoir à son tour dans l'herbe légèrement perlé de la rosée de la nuit. Je le regardais quelques instants, avant de me tourner à nouveau le regard dans le vide, en soupirant. C'était bien aimable de sa part, mais pourquoi agir de la sorte ? Ce n'était pas tout à fait le comportement typique du surveillant de base, pénible, qui se fichait allègrement de ce que pouvait penser l'élève, voyant juste qu'il était en tort et rien d'autre. Je souris doucement. Au moins, c'était plutôt agréable, quelqu'un d'aussi... Détaché ? Je n'étais pas bien sûre du terme sur le coup, si c'était le mot juste pour le décrire. Dans tous les cas, il semblait se préoccuper un peu plus des élèves que d'autres comme j'ai pu voir dans les autres établissements que j'ai pu fréquenter et c'était une bonne chose. Un esprit comme le sien ne pouvait qu'être apprécier dans l'Académie.

D'ailleurs, il n'hésita pas un seul instant à me rappeler que je pouvais sans crainte lui parler de mes soucies, si jamais j'en avais, avec peut être d'autres élèves, en évoquant carrément les termes agressions et harcèlements. Eh bien... Il ne mâchait pas ses mots, or peut être étaient-ils bien fort. Enfin ... L'important était de le rassurer, c'est pour cela que je lui répondis sereinement que je n'avais aucun soucie à l'Académie, préférant passer sous silence le petit incident du premier jour, qui n'avait rien de grave, et qui ne devrait pas avoir de répercussion. Enfin je crois. J'espère...

Rapidement, mon attention se porta sur le pokemon de Kishi qui semblait vouloir s'amuser un peu, démontrant quelques uns de ses talents avec une superbe maitrise de ses capacités, ce qui me donna un boost pour plus tard, une motivation à entrainer davantage mon Zorua pour parvenir à un bon niveau également de maitrise. Je le regardais, admirative, en l'applaudissant pour son plaisant divertissement... Ce qui ne plu guère à mon pokemon, rapidement jaloux de l'attention que je porte aux autres. Il se mit alors à grogner, avant de soudainement copier l'apparence de ce pokemon épée/bouclier et s'en rapprocher dangereusement. Croyant qu'il allait l'attaquer, je claquais brusquement des doigts, lui ordonnant férocement de ne pas tenter quoi que ce soit à son encontre.


- Désolée... Il peut s’avèrer jaloux, mais il est très gentil, et assez inoffensif.

J'esquissais un petit rire. C'est sûr, Nightmare n'était pas du genre à tenir tête lors d'un combat, ou du moins c'était rare. Mais son sale caractère pouvait le conduire à avoir une espèce de rage destructrice qui pouvait se montrer assez dangereuse. Heureusement, il se calmait assez vite, et préféra se contenter de jouer avec Ser Veresta, s'amusant à l'imiter comme s'il était un miroir. Je ne pu m'empêcher de hausser un sourcil, face à cette attitude assez puéril. Au bout de combien de temps en aura-t-il assez de ce comportement ?

Toutefois, malgré la situation, je ne pouvais oublier la raison de la présence de Kishi, celle de me reconduire à l'Académie, et je me sentais coupable de le retenir ici. Qui sais, peut être voulait-il finir sa journée, après tout ?


- Je ... Nous devrions peut être rejoindre l'Académie, non ? Vous avez peut être d'autres obligations ?






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 57
Lun 4 Juil - 18:14

Le couché du soleil



~ Couvrir, oui, mais comment ? ~





Le Zorua n’avait pas l’air d’avoir une envie bienveillante vis-à-vis de Ser Veresta avant de devenir un « petit ange » lorsque Galathéa, en un claquement de doigts, calma le Pokémon Ténèbres. Ils avaient l’air de bien s’amuser les deux. Galathéa m’a fait de brèves excuses et une petite description du caractère de son Zorua.

- Ce n’est pas grave, ne t’en fais pas pour ça ! Lui ai-je dit avec un petit sourire.

L’air du lac était si… Pur et frais que j’en oubliais presque l’académie. Je commence à comprendre pourquoi cette fille est venue ici. Je regardais profondément le ciel et me perdait dans celui-ci. On ne sait jamais ce qu’on peut voir dans le ciel étoilé de la nuit. Peut-être une étoile filante, une aurore boréale, ou Rayquaza ! Non… Je rêve trop. J’ai rigolé discrètement en pensant à nouveau à ça. Mais bon, après tout, il ne fallait pas oublier mon rôle. Je n’ai pas trop envie de me faire engueuler parce que « Monsieur Densetsu » a décidé de faire une petite pause pendant son travail. Mais bon, Galathéa n’avait pas l’air d’être une délinquante et j’en doute très fort qu’elle en soit une. Sa voix m’interpella.

- Je… Nous devrions peut être rejoindre l'Académie, non ? Vous avez peut être d'autres obligations ?

J’ai soupiré lentement en réfléchissant.

- Eh bien, normalement on devrait rejoindre l’Académie directement pour éviter d’avoir des problèmes. Mais bon, on se sent tellement bien ici.

J’ai tourné la tête vers Ser Veresta et… Que vois-je ? Il était déjà en train de roupiller ?! Mais, quel paresseux celui-là ! J’ai éclaté de rire et il s’est réveillé en sursaut. Mais s’il dormait il devait être tard quand même. C’est vrai qu’il m’a fallu du temps avant de la trouver, cette fille…

- Quoi ? Hein ? Où ? Oh… C’est toi Kishi. Tu m’as fait peur !
- Mais pourtant je ne fais pas peur.
- Oui je sais, je sais… Petit gamin ! Me lance-t-il en ricanant.
- Tais-toi, sale cure dent ! Ai-je dit en ricanant aussi.
- Hey !

Pas moyen de rester sérieux… D’ailleurs ce petit délire salissait souvent ma réputation noblesse de chevalier. Mais bon, personne ne pouvait comprendre cette amitié qu’il y avait entre moi et Ser Veresta. J’ai repris un peu de sérieux en tapotant Ser Veresta.

- Bon, un petit instant de rigolade ne fait pas de mal. Mais, il va falloir y aller Galathéa si tu ne veux pas avoir de problèmes.

Je me suis levé et lui ai tendu la main pour l’aider à se relever. Même moi je risquais d’avoir des problèmes si je ne rentrais pas maintenant… Pas au point d’être virer non plus mais des petits problèmes. Et je n’ai pas envie de savoir quels problèmes je risque d’avoir.

Nous voilà donc parti sur le chemin de l’Académie. Ser Veresta à mes côtés on marchait tranquillement vers l’académie. J’ai regardé ma montre et… Elle affichait seize heure… Les piles sont mortes à mon avis. Je pouvais regarder mon téléphone mais je préfère éviter de le regarder parce que je sens bien que j’ai dû me faire agresser par ma sœur pour ne pas être rentrer à l’heure habituelle. Mais il va falloir réfléchir parce que… Si Galathéa ne veut pas avoir de problèmes, il vaut mieux que mes supérieurs et que les autres surveillants ne la voient pas. J’ai tourné la tête vers elle.

- Si tu veux le moins de problèmes possibles il va falloir trouver comment faire pour que personne ne te remarque… Sinon, j’essaierai de te couvrir devant les autres. À toi de choisir.

Ser Veresta a commencé à sautillé partout en disant à maintes reprises « Moi je sais ! » en se mettant en forme attaque.

- Je ne fais que proposer mon idée mais… Et si je faisais léviter Galathéa pour la faire atteindre la fenêtre de sa chambre et pour qu’elle puisse rentrer ! Comme ça personne ne la verra !

J’ai ouvert grand les yeux et un énorme coup de stress m’a percuté.

- Mais, mais, mais… C’est très risqué Ser Veresta ! Après ça pourrait marcher… Mais c’est super risqué !

J’ai posé une main sur mon front et ai poussé un soupir pour essayer de me calmer.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Sam 9 Juil - 13:06






Mes pensées s'avérèrent juste, et malgré ses longues contemplations et visiblement sa très grande envie de bouger qui était complètement inexistante, il avait des responsabilités et devait s'y plier, bon gré mal gré. Il poursuivait activement son admiration de la voûte céleste, dans le plus grand des silences. Loin de moi la volonté de lui attirer des ennuis, je ne pouvais donc pas m'empêcher de songer à expressément quitter les lieux, ne souhaitant pas qu'il se retrouve dans une posture indélicate en tant que surveillant de l'Académie. C'est pour cette raison que je venais à lui proposer de partir, non seulement car il commençait à se faire tard, mais également afin que ma présence à l'extérieur ne l'empêche pas de poursuivre sa soirée comme il l'entendait. J'espérais ne pas être une plaie pour lui, bien qu'il ne semblait pas le montrer. Je soupirais tristement. Si jamais il venait à être réprimandé pour je ne sais quelles raisons ? Mon cœur se serrait à cette idée. Je n'appréciais pas cette situation. Nous risquions tous les deux des ennuis. Pourquoi trainer de la sorte ?

A l'instant même où je m'apprêtais à recommander à Kishi notre départ pour rejoindre l'Académie, je l'entendis pousser un rire qui me fit sursauté, tant je ne m'y attendais pas. Qu'est-ce qui pouvait provoquer ainsi son hilarité ? Intriguée, j'observais en silence les alentours, avant de comprendre enfin la raison d'une telle agitation. Visiblement, quelqu'un s'était offert une petite sieste grassouillette sans consulter personne, bien qu'il avait bien raison et tout à fait le droit, je suppose, de prendre un moment de pause dans cette paisible atmosphère propice à la détente, la nuit ayant déjà établit son nouveau royaume dans le ciel constellé. Je ne cessais de les fixer, écoutant leurs petits échanges qui me poussaient à rire doucement à mon tour, face à cette étrange et burlesque scène qui paraissait plus théâtrale, comique qu'autre chose. Le dialogue paraissait assez agité, mais restait assez bon enfant, ce qui était rassurant. La complicité de ces deux êtres ce voyait à des kilomètres, cela me fit sourire. C'était assez mignon comme scène, et attachant. Je soupirais d'aise, silencieusement, tandis qu'ils reprenaient un peu de sérieux. Ça y est, il était enfin temps de partir. Se levant en premier, il m'invita à prendre sa main pour m'aider à me redresser, ce qui me fit légèrement hésiter, en rougissant. Quelque peu troublée par ce geste, je m'emparais doucement de sa main, acceptant finalement son aide, et me relevais tranquillement. Le relâchant lentement, je le remerciai timidement, remettant une mèche de cheveux derrière mon oreille, détournant le regard de ses prunelles violettes. Violettes ? Avais-je bien vu ? Curieuse, je plongeais mes yeux dans les siens pour observer la teinte de ses iris qui, effectivement, étaient d'une ravissante couleur violette, à laquelle je n'avais guère fait attention depuis tout à l'heure. Reprenant mes esprits, embarrassée, je détournais à nouveau mon regard vers le sol, me mordant discrètement l'intérieur de la joue. Inspirant finalement profondément, nous prenions tous le chemin de retour vers l'Académie, après avoir appelé Nightmare à marcher à ma droite, tenant à garder un œil sur lui.  

Le silence s'invita à cette petite balade nocturne, en compagnie d'un surveillant et de son pokemon. Je ne savais trop quoi dire, que penser. J'avais surtout la sensation d'être pieds poings liés et que cet homme n'était autre que mon bourreau m'emmenant à mon lieu d’exécution pour avoir fait une faute grave. Je l'observais discrètement, de temps à autre. Il m'avait promis qu'il ne m'arriverait rien, mais qu'allait valoir cette promesse une fois qu'il sera en face de ces collègues ? Quel comportement adoptera-t-il ? Si sa place et sa réputation étaient en jeu, il n'aurait aucune pitié d'une gamine telle que moi, il n'y avait pas l'ombre d'un doute. Toutefois, je devais bien reconnaitre le tort qui m'était reproché, et j'acceptais mon châtiment pour cette entaille au règlement. Je poussais un nouveau soupir, ralentissant quelque peu le rythme de la marche, loin d'être enthousiaste de me prendre une correction, et quelque peu craintive. Qu'est-ce qui m'attendait au bout de la route ? Je tentais de cacher mon inquiétude, pourtant celle-ci devait parfaitement se lire sur mon visage, d'ordinaire aussi neutre que possible. Joignant mes mains, je tâchais de contrôler, d'apaiser mon stress en entremêlant mes doigts nerveusement, tandis que nous nous approchions toujours plus de mon futur lieu d’exécution, l'esprit loin d'être rassuré.  

J'ignorais s'il avait aperçu mes signes d'anxiété, toutefois Kishi tenta de calmer mes tensions, me proposant de choisir entre s'infiltrer discrètement dans l'enceinte de l'établissement ou assurer ma défense face à ces collègues si jamais on venait à les croiser à l'entrée. Étonnée par ses paroles et par cette volonté de vouloir me "protéger" coûte que coûte de la fatale punition que je risquait de recevoir. Mais j'hésitais, en balbutiant faiblement. Que répondre ? Je fus rapidement coupée par son pokemon, dont je peinais à retenir le nom, "Ser Valustra" je crois, qui sautillait joyeusement, ayant semblerait-il une idée derrière la tête. Avec un tel enthousiasme, je m'attendais au pire. Et vu l'air de Kishi quand il proposa son plan, cela ne me rassura guère. Je souris, gênée, mais tout de même enchantée qu'ils veuillent à ce point m'aider, c'était assez généreux de leur part. Mais je ne souhaitais pas abuser de leur gentillesse.


- Ne vous inquiétez pas... Je me débrouillerais.

Je leur adressais un sourire sincère, bien qu'un peu timide, en les regardant tous les deux. S'ils craignaient tant que ça que je me fasse réprimander, je pouvais toujours tenter de compter sur mon Zorua. Je lui jetais un regard. Avec ses pouvoirs, il pouvait très bien essayer de bouleverser la vision des potentielles personnes errant dans l'Académie afin que nous puissions échapper à leur regard. Cela me paraissait être une bonne idée. Je n'aurais pas à déranger Kishi, ni "Ser Verasta". Je m'abaissa donc au niveau de Nightmare pour lui proposer mon plan, mais celui-ci me décrocha un tel bâillement que j'y renonçais bien vite. Je soupirais. Quelle idée de vouloir échapper à son Destin. J'étais condamnée. J'acceptais, quelque peu à contrecœur, de me faire raccompagner à l'Académie par Kishi, craignant qu'il se prenne également un blâme par ma faute. Enfin... Avec un peu de chance, il sera chargé de m'imposer la punition, et je devrais mieux m'en sortir que si un autre s'en chargeait. Peut être... C'est d'un pas hésitant que j'entamais mon entrée sur mon probable lieu d’exécution. Serais-je secourue par un ange gardien ou condamnée à ce supplice ? ...






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 57
Sam 9 Juil - 17:16

Le couché du soleil



~ L'idée du siècle ~





Elle m’a souri, il était réellement sincère malgré la timidité de ce petit sourire. Je ne sais pas pourquoi je m’obstinais tant à vouloir autant la protéger elle mais… Je ne sais pas je ressentais comme un besoin de la protéger. De la couvrir quoi ! Bon après, c’est certainement mon caractère qui fait ça… Mais bon, elle qui essayait de fuir les problèmes, je pense que ça ne doit pas trop lui faire plaisir d’en avoir un pour l’instant.

- Ne vous inquiétez pas… Je me débrouillerais.

Bon et bien… Dans ce cas, nous allons devoir passer par l’entrée principale… Bon au moins, vu que c’est moi qui ai trouvé Galathéa, ce sera donc à moi de lui mettre une punition… Ou du moins c’est ce que je devrais faire. J’ai lâché un grand soupire en me grattant l’arrière de la tête avant de continuer notre chemin. Des tas de scénarios passaient dans ma tête mais je savais que le seul que l’on allait produire était celui le plus… Simple dirais-je. Mais… Et s’ils voyaient la tête de cette jeune femme ? Ils auraient une mauvaise image de celle-ci alors qu’elle ne le mérite pas. Hm… Je pourrais me servir de Ser Veresta pour qu’il les empêches de nous regarder. Oh ! Je sais ! Il suffirait que mes collègues soient perturbés par quelque chose qui les empêcheraient de nous regarder ! Comme par exemple… Un Pokémon ? Oui ! C’est ça ! Ser Veresta pourrait se servir de ses pouvoirs spectraux pour perturber les autres grâce à un Pokémon et le tour serait jouer ! J’ai tourné la tête vers Ser Veresta qui avait déjà compris le plan en lisant dans mes pensées. J’avais un air beaucoup plus assuré et j’espère, rassurant pour Galathéa. J’espère vraiment que ce plan marchera…

Une fois arrivés devant la barrière de l’académie, je jetais un œil aux alentours pour voir s’il y avait un Pokémon sauvage. Après quelques petites secondes d’analyse de la zone, un seul petit Pokémon pourrait servir « d’appât » et il s’agissait d’un petit Rattata. J’ai tourné la tête vers Ser Veresta et lui ai fait un signe de tête pour lui dire qu’on allait choisir ce Rattata. Ser Veresta a donc prit le contrôle du Rattata et l’a fait venir jusqu’à nous. J’ai marché seul vers la porte d’entrée, ayant demandé à Galathéa de rester avec Ser Veresta et j’ai regardé discrètement la porte pour voir s’il y avait du monde… Bingo ! Il y avait quatre collègues dans le hall d’entrée. Ils devaient certainement m’attendre pour voir quel élève serait avec moi. J’ai levé le pouce à Ser Veresta pour lui dire que c’était bon pour faire rentrer le Rattata. J’ai poussé ensuite la porte et mes quatre collègues m’ont regardé.

- Nous voilà !

J’ai à peine eu le temps de finir ma phrase que le Rattata était déjà en train de courir partout dans l’académie. Les quatre personnes n’ont pas mis beaucoup de temps avant de poursuivre le Rattata, m’oubliant complètement.

- Nous pouvons rentrer Galathéa. Je vous en prie, avancez.

Ser Veresta et Galathéa sont entré et grâce à ce plan, plus personne ne guettait l’entrée et le chemin pour aller vers la chambre de Galathéa était libre. J’ai avancé le pas en souriant et en remerciant Ser Veresta qui avait fait une magnifique révérence.

- Je vous en prie, c’est parfaitement normal d’aider une personne qui en a besoin.

Nous avons donc pris la direction vers la chambre de la jeune femme à la chevelure bleue et nous voilà situés devant sa porte. Je lui ai fait un grand sourire, fier que mon plan ait fonctionné.

- Bon, je ne vais pas te mettre de punition, ne t’en fais pas pour ça. Tu peux rentrer sans problèmes, je me chargerai de tout si on me questionne. Passe une bonne nuit et fais de beaux rêves !

Ser Veresta lui a fait une dernière révérence et nous sommes partis. Je suis entré dans mon bureau pour reprendre mes affaires et j’ai repris le chemin pour partir à la maison. Heureusement pour moi, personne ne m’a ni vu et ni questionné. Le plan était une parfaite réussite.

Une fois arrivé à la maison, ma sœur m’a accueilli à bras ouverts avant de me faire toute une histoire.

- Où est-ce que t’étais Kishi ?!
- Huh… Désolé, j’aidais une élève à rentrer à l’académie parce que le couvre-feu était lancé et qu’elle n’était toujours pas rentrée…
- Oh… Je vois… Et tu l’as couverte ?
- Ben… Oui.
- Ça c’est mon frère tout craché ! A-t-elle dit en me câlinant.

J’ai lâché un long soupire en tapotant son crâne. La pauvre, elle qui se faisait du souci pour moi… Quelle sœur…

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Lun 11 Juil - 22:32






Je devait peut être faire preuve d'une trop importante honnêteté dans cette situation, alors que j'avais pourtant la possibilité de m’éclipser de toutes responsabilités et échapper sans la moindre crainte d'une punition, toutefois mon esprit ne voulait pas s'apaiser. Je me devait d'être sincère. Je n'acceptais pas cette idée lâche de me détacher de mes fautes. Et je me tenais prête à en assumer les conséquences. Je retiendrais la leçon, et prendrait garde à ne pas rentrer trop tard, malgré mon amour inconditionnel pour cette partie de la journée, bien trop tardive apparemment au goût de l'Académie, qui m'empêcherai dorénavant de profiter allègrement de la douce obscurité sereine de la nuit en son sein. Quelle déception. Ne pourrais-je donc que me réjouir de la soirée en la contemplant de loin, par la fenêtre de ma chambre, sans pouvoir m'en réjouir convenablement ? J'appréciais tant le calme qu'offraient les balades sous le clair de lune, humer le parfum subtil de la nuit, doucement caressé par les rayons d'argents de l'astre timide. Devrais-je donc mettre un terme à mes sorties nocturnes ? Le règlement semblait stipuler que oui. C'était donc la fin de mes escapades une fois la nuit tombée, devant rejoindre mon nid et fuir la noirceur, moi qui aimait tant, hélas, errer sans but loin de l'agitation et dans la quiétude du soir.

Me tournant vers Kishi et son pokemon, je constatais leur échange de regard lourd de sens qui m'étonna fortement. Ces deux là complotais visiblement quelque chose, loin d'avoir dit leur dernier mot. Kishi me regardait alors, déterminé, prêt à en découdre. J'esquissais un petit sourire, gênée. Que pouvaient-ils manigancer encore ?

Non loin de l'Académie, ils se lancèrent un nouveau regard complice, ne comprenant pas ce qu'ils souhaitaient faire. Le pokemon de Kishi sembla soudainement se concentrer. J'observais les alentours, chercher un sens à leur potentiel plan, quand je vis alors un Rattata se rapprocher de nous. Qu'est ce que ? Était-ce... C'était lui qui avait fait approcher le Rattata ? Pour un pokemon sauvage il semblait étrangement docile. Je les regardais, intriguée. Quel était donc leur plan ? Sans que je ne puisse demander quoi que ce soit, Kishi nous recommanda de ne pas bouger de notre emplacement actuel, ce que je fis, sans poser de questions, préférant les garder dans ma tête. Bon sang, que fabriquaient-ils ? Le stress me gagna peu à peu, malgré mon opposition à leur idée de me faire passer discrètement dans l'enceinte de l'Académie le couvre-feu largement dépassé, ils semblaient plutôt absolument souhaiter que je prenne le moins de risque, mais c'est eux qui en prenaient le plus dans cette histoire, si jamais Kishi venait à ce faire surprendre à aider une "délinquante". Et cela ne me plaisait guère. Je ressentais comme une boule au ventre. Je l'imaginais déjà avoir des ennuis avec l'administration ... Enfin ... Peut être exagérais-je les choses ? Je n'adhérais tout de même pas à leur plan, sans toutefois oser m'y opposer, ne souhaitant pas les entrainer dans ma chute si je venais à leur faire échouer leur idée. J'étais dans une impasse. Je devais les écouter sans rien dire, m'ayant invité sans demander dans leur plan.

Tout ce déroula alors comme convenu, apparemment. Le Rattata semblait avoir apporté suffisamment de confusion pour nous permettre d'entrer à notre tour, quand Kishi nous y invita discrètement. Ma peur laissa doucement sa place à une légère euphorie, me mêlant finalement joyeusement à leur petit jeu. C'était en fait plutôt amusant de s'infiltrer de cette façon dans l'Académie, en catimini, comme des voleurs. C'était bien la première fois que j'agissais de la sorte. Mais bon, j’espérais aussi que cela serait la dernière fois.

Déambulant discrètement dans les couloirs immenses et silencieux d'une Académie déserte, nous nous dirigions avec une certaine hâte vers les dortoirs, en faisant le moins de bruit possible, me retenant de rire par moment. Il aurait été dommage que l'on se fasse remarquer aussi près du but. Heureusement, c'est sans mal que nous empruntions les escaliers, a chambre se situant au deuxième étage. J'ignorais où ils avaient envoyé le Rattata sauvage, mais j'espérais qu'il ne se ramène pas dans le coin. C'eut été fâcheux.

Nous étions enfin arrivé devant la porte de ma chambre, toujours silencieux. Nous étions hors de danger, dorénavant, pensais-je. Nous pouvions toujours trouver une excuse bateau pour prétexter une sortie dans le couloir, c'était plus facile à justifier qu'une sortie, ou dans le cas présent une entrée, de l'Académie en plein couvre-feu. Je remerciais donc Kishi, pour son aide précieuse, lui qui semble si fier du succès de sa "mission de sauvetage d'une jeune fille en détresse." Je n'oubliais pas également de remercier Ser Veresta pour son aide, car rien n'aurait été possible sans son intervention. Leur souhaitant à mon tour une bonne soirée, ainsi qu'une bonne nuit, les remerciant une dernière fois, souriante, avant de les regarder partir.

Je poussais un long soupir, avant d'enfin rentrer dans ma chambre, quelque peu épuisée par ces évènements. Nightmare aussi semblait exténué, et il se précipita sur mon lit pour s'y installer sans demander son reste, ce petit sacripant. M'y glissant à mon tour, sous la couette fraiche, une fois mise en pyjama, un petit haut bleu assorti à un shorty, je m'emparai d'un livre qui trainait non loin de là, et commençais à le lire, un petit sourire aux lèvres, en repensant à nouveau à cette soirée étrange mais amusante.  


Pweet:
 






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» C'est si beau un couché de soleil... (StarLight-Vadael)
» [Gimp] Masque d'écrêtage !
» La bête se montre au couché du soleil et dévore sa victime sans un regret...[-18 Sorry]
» Un petit Rendez vous au couché de soleil [Rosie/Yvan]
» « L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pocket Monster :: ZONE RP :: Les Alentours :: Partie Nord :: Le Lac de Cristal-
Sauter vers: