Aurore et Crépuscule [Yuya Sakaki]

 :: ZONE RP :: La Ville :: Quartiers d'Activités Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Mar 21 Juin - 0:33






Journée sportive et éprouvant en perspective. Ce matin j'ai décidé de ne pas trainer trop longtemps au lit pour profiter d'un jour sans cours pour peaufiner un tout nouvel entrainement avec Nightmare. Je venais récemment de faire l’acquisition d'une toute nouvelle technique pour mon petit pokemon adoré, et je n'avais qu'une hâte, l'essayer. Enfin qu'il l'essaie plus précisément. "Danse Lame", le nom m'inspirait déjà. En cette matinée, j'avais donc rassemblée toutes mes affaires nécessaire dans un sac, prit mon pokemon avec moi et quittais ma chambre. Je flânais un peu dans les couloirs, le nez au vent, sans trop prêter attention à ce qui m'entourait, étrangement entourée d'une aura de bonne humeur. Je me sentais bien aujourd'hui. Et j'avais envie de pleinement profiter de cette journée en conservant cette même énergie positive. J’accélérais doucement le pas pour quitter l'Académie.

Je débutais l'entrainement au parc avec mon Zorua, tâchant vainement de lui apprendre quelques pas gracieux. Je lui faisais d'abord une petite démonstration, des pas simples pour commencer, que je peinais à devoir lui expliquer, lui devant se débrouiller sur quatre pattes gauches. Le petit quadrupède ne maîtrisait pas les mouvements que je souhaitais lui inculquer, et se montra à plusieurs reprises dissident à l'apprentissage, n'ayant qu'en tête de se dépenser dans le parc en gambadant joyeusement, courant dans l'herbe jusqu'à en perdre. Toutefois, je refusais qu'il montre le moindre signe de distraction, tentant de me montrer ferme contre lui. Que serait une coordinatrice pokemon si elle ne dansait pas avec ses compagnons ? Ce n'était pas crédible ! C'est pour cette raison qu'il devait apprendre à maîtriser son corps, trouvant un certain équilibre dans ses mouvements. Il était encore jeune, heureusement, le labeur s'avérait donc moins difficile. Il pouvait être encore "malléable", si je pouvais m'exprimer ainsi.

L'entrainement s'acheva, Zorua était complètement exténué. Il avait travaillé dur pour quelques petits pas de danse, je ne pouvais que le féliciter pour son acharnement à la tâche. Il pouvait être fier de lui, cette petite boule de poil restait tout de même maladroite et un peu hésitante sur ses pattes, c'était là une belle avancée. J'avais hâte de commencer l'entrainement des attaques également, je ne devais pas oublier se point primaire. La maîtrise des attaques, non dans un but offensif, mais dans un but artistique, purement visuel. J'avais pu observer ces derniers jours à quoi pouvait ressembler des Coordinateurs professionnels, ils parvenaient à maîtriser toute leur équipe avec une telle grâce et une telle élégance ! Ils me faisaient envie...  

Je décidais à cet instant d'offrir à Nightmare sa toute première CT, fière de ce qu'il avait accompli aujourd'hui, et pour le remercier d'accepter ces entrainements difficiles, lui qui n'était clairement pas adapté à cela. Ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne sache parfaitement danser. Les premiers pas sont les plus durs. Mais la musique happe facilement les esprits et les corps, et après les sentiments prenaient le pas sur la raison. Le corps bouge tout seul, au rythme des mélodies. Encore un peu d'entrainement et il deviendra un compagnon de danse parfait. Heureux de sa nouvelle technique acquise, il ne tarda pas à tenter de la lancer. Son corps de canidé sombre se mit à doucement scintiller, des sortes d'épées miniatures tourbillonnant autour de son pelage. Emplie comme d'une nouvelle énergie, il sautilla partout, les épées continuant de tourner autour du corps de Nightmare. Elles finirent par disparaitre dans un volute de fumée noire, le petit loup secouant ses poils, comme un chien mouillé. Je souris doucement, réfléchissant déjà aux potentiels d'une capacité pareille.

Ah, pas le temps d'y songer davantage, j'entendis alors un bruit reconnaissable d'entre tous. La douce mélodie d'un ventre affamé qui réclame son butin ! Il était l'heure de se repaitre et recharger ses batteries, avant de poursuivre l'entrainement pour le reste de la journée. Nightmare s'amusa à tourner autour de moi, ravi de prendre aussi une pause, tout aussi affamé. Mais... Où aller ? Je ne connaissais pas encore très bien les alentours. Oh, une petite visite en ville ne me ferais pas de mal, découvrir un peu cette île pleines de mystères. Je retirais rapidement la poussière de ma longue robe noire simple, décorée de dentelle à divers endroit, aux manches courtes et appelait mon pokemon à mes côtés, avant de filer du parc, direction la ville.

Je me sentais très petite dans cette jungle urbaine dont j'ignorais encore tout, et préférais éviter de trop me faire remarquer. J'avançais, fébrile, les yeux rivés au sol, fixant mes pas contre le béton gris et froid qui recouvrait la route. J'hésitais encore. Que grignoter pour ce midi ? Je pouvais me rendre dans une petite supérette pour prendre quelque chose de simple, de rapide. A cette pensée, mon estomac gargouillait de plus belle, comme contestant cette idée. Eh bien autant la refouler rapidement. J'observais les alentours, en quête de nourriture... Quand je vis un bâtiment reconnaissable entre tous, celui d'une importante industrie de fast-food. Ce n'était peut être pas très raisonnable de prendre un repas aussi lourd, juste avant de reprendre l'entrainement... Je jetais un oeil à mon pokemon, lui demandant vite fait son avis sur la situation. Ce à quoi son estomac répondit clairement. Nous avions faim et l'odeur nous alléchait déjà. Bon, eh bien un petit écart aujourd'hui puis nous tâcherons que cela ne se reproduise pas, n'est-ce pas ?

L'avantage que l'on pouvait tirer à arriver relativement tôt est qu'il n'y avait pas encore une foule qui se bousculait pour commander. Et heureusement. Certes, la faim me tiraillait, mais les emplacements bondés me mettaient mal à l'aise. Enfin... Il suffirait que je prenne rapidement mon casse croûte et que je parte, n'est-ce pas ? Ou tâcher de trouver une table un peu isolée, ou c'était tout à fait envisageable. Une fois mon tour, je passais donc commande, après avoir hésité quelque peu sur le menu, me permettant un écart plus important que celui espéré, mais au moins j'étais sûre de combler mon appétit. Et puis il n'y en avait pas que pour moi. Zorua allait aussi picorer dans mon assiette. Mon plateau garnit en main, après avoir tendu un billet à la caissière, j'explorais donc les lieux à la recherche d'une petite table dans le bâtiment encore assez vide, mais qui visiblement commençait à attirer du monde. Rapidement, je pu m'installer à une table, seule, Nightmare sur mes genoux, ses pattes avant posé sur le plateau. Quel impatient !

Nous attaquions tranquillement notre repas, observant les alentours qui se noircissait rapidement de monde. Rien d'étonnant à cela, ce genre d'établissement attirait toujours les foules lors des heures de pointe, celle des repas. Je déglutis difficilement, buvant une gorgée de ma boisson. Je ne pouvait m'empêcher de songer devoir "partager" la table avec quelqu'un d'autre, mais de toute façon, s'il venait à ne plus y avoir de place, il n'aurait pas le choix. C'était une table pour deux, je pouvais déjà m'estimer heureuse qu'il n'y aurait qu'une seule personne...


CT utilisée et apprise par Zorua : 75 - Danse-Lame

HRP:
 






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 18
Mar 21 Juin - 20:24


image à gauche

















Première nuit à l’académie… Ça faisait bizarre de ne pas se faire réveiller par sa petite sœur, ça ne faisait qu’un jour mais son foyer lui manquait déjà… Yuya resta dans son lit durant toute la première partie de la matinée et se leva vers 10 heures environ, le garçon se rendit directement dans sa salle de bain ou il put s’observer en pyjama avec la tête stéréotypé de la fatigue. Yuya leva ses mains tant bien que mal à vraiment droit.

- Ladies and gentle…men… Bouaaaah…

C’est un grand bâillement qui venait casser son intro habituel, le jeune garçon avait eu du mal à s’endormir la veille à cause de multiple raison. Mais la principal raison était de ne pas être chez soi avec sa famille, Yuya n’avait encore que 14ans et c’était la première fois qu’il ne verrait pas sa famille de plus de 4 jours. Dans le fond, Yuya était triste mais devait se cacher la face et continuer à perfectionner son combat de divertissement et le montrer à Ayu. L’enfant prit sa douche et se brossa les dents comme sa mère lui avait bien rappelé avant de partir, l’hygiène de vie avant tout.

- On n’a pas vraiment le temps de s’amuser, normal on est là pour s’améliorer… Pour y arriver, on s’entraine sans répit ! Lalala, lala…

Yuya avait l’habitude de chanter quelques chansons dans la douche, il trouvait que c’était un bon moyen de garder une bonne humeur en toute circonstance. Une fois propre, le garçon aux cheveux bicolores se sécha et s’habilla de sa tenue habituelle. Un T-shirt rouge et son pantalon vert qui sont en parfaite harmonie avec sa coupe de cheveux ainsi que son uniforme sur les épaules. Son pendule toujours à son cou peu importe ce qu’il fait et enfin ses lunettes d’aviateur posé sur une commode. Il s’approcha de ses deux pokéballs pour les attacher à sa ceinture assez particulière, Passerouge en premier suivi d’Absol dans l’ordre des ball. Yuya pensait encore à son arrivé d’hier, sa rencontre avec Absol ne pouvait pas être le simple fruit du hasard… Il fallait encore voir les rudiments des combats de divertissement avec Misty mais y’avait le temps, pour l’instant il fallait s’habituer à cette académie.

- Allons faire un tour en ville…

Il enfila sa paire de chaussures tricolores pour passer le seuil de la porte de sa chambre et commença sa marche en direction de la ville. Ayant était élevé à Illumis depuis sa naissance, Yuya se sentait mieux en ville que dans sa chambre désertique, un vrai citadin. Il marcha le long du chemin qui menait à Irena, constatait Yuya en voyant les panneaux. Le dresseur avait une vingtaine de minute pour arriver en ville, il connaissait déjà la durée du trajet vu qu’il l’avait fait hier lors de son arrivé en ville. Il était à peine 11 heures quand Yuya arriva à l’entrée d’Irena, très vite il parcourut de long en large la ville pour qu’elle n’ait aucun secret. La visite fut long, le garçon avait visité beaucoup de magasin différent et fut l’heure du repas ! Le repas favori de Yuya, celui qui donnait le plus d’énergie de la journée pour lui, même si beaucoup disent que le petit-déjeuner était le plus important et meilleur. Le ventre de Yuya commençait à gargouiller, c’était le signal d’alarme ! Vite ! Yuya se rendit à une boulangerie, vide plus rien, nada ! Il se rendit dans un restaurant, remplit comme pas possible aucune table de disponible, catastrophe !

- Où aller ? J’ai faiiiiim…

Yuya écroulé sur place, ne savait pas quoi faire, une solution ? Maman ! Non elle n’était pas la ! C’est dans un désespoir absolu qu’il se rappelait d’avoir vu un Fast-Food tout à l’heure, la solution à toute les faims ! Selon ses souvenirs, celui-ci était proche, Yuya transmit toutes ses forces dans ses jambes et se releva tel un colosse. L’enfant marcha de ses dernières ressources en direction du McDo qui lui aussi était rempli.

- Nooooooooooon ! Tant pis c’est ma dernière solution !

Yuya se mis alors dans la file d’attente pour arriver à la machine de commande. L’attente fut mitigée, un peu long mais pas trop non plus. Arrivé devant la borne où il devait passer la commande, Yuya se mit à réfléchir et se retourna face à la file qui était derrière lui.

- LADIES AND GENTLEMEN ! Vous devez surement vous demandez ce que je vais prendre ! C’est très simple alors !

- MAIS ON S’EN FOU ON ATTEND NOUS !

Sans avoir le temps de faire son show, Yuya se fit remballer et gronder, ce n’étais pas très gentil quand même alors qu’il voulait juste apporter le sourire à la file d’attente. Le dresseur commanda un double menu Maxi Best of Royal Cheese, il fallait bien remplir ce ventre ! La nourriture n’était pas la plus diététique du monde, mais pas grave une fois de temps en temps. Yuya se rendit au comptoir pour chercher sa commande, une fois le plateau en charge, la quête pour trouver une table venait d’être prise. L’aventure fut rude, sous la pluie, les bourrasques de vent, Yuya traversa mer et feu pour enfin trouver le saint Graal. Vous pouvez vous demandez pourquoi il n’a pas pris à emporter et le manger à l’extérieur sur un banc ? Et bien il n’y a pas pensé après ce qu’il sait passer à la machine… En faisant le tour de la salle avec son plateau, très vite il trouva une place de libre dans un coin, un simple table pour deux personnes mais le problème était qu’elle était occupée par une personne, une jeune femme. Yuya n’était pas bien timide et était jeune pour s’intéresser à l’amour ou la drague, il se rapprocha d’elle, en espérant qu’aucun problème n’allait se produire et lui adressa la parole.

- Bonjour Ladies ! Je cherche une table pour m’asseoir et déguster mes burgers et si ça ne dérangeait pas que je m’assois ici…

Yuya abaissa la tête lors de sa salutation, même hors show, Yuya gardait les mêmes manières. Un grand sourire pouvait être observé sur le visage de l’enfant, toujours heureux qui profite à fond de la vie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Mer 22 Juin - 13:57






Mon petit Zorua picorait joyeusement, installé sur mes jambes finalement un peu comme un enfant, jouant parfois à balader une frite d'un bout à l'autre du plateau avec ses petites pattes avant de la chiper dans le bec et l'engloutir. J'avais posé une main sur sa tête, lui grattant le crâne affectueusement, et m'assurer qu'il ne gambade pas ailleurs surtout, tandis que de l'autre je piquais également une ou deux frites, préférant toujours commencer par ça. D'un coup d'oeil furtif, entre deux bouchées, j'observais en silence la salle qui se remplissait au fur et à mesure. Le brouhaha ambiant avait envahis l'espace, je me demandais bien comment les gens pouvaient se comprendre dans un tel raffut. On ne s'entendait presque plus manger. Enfin, si c'était le calme que je recherchais, j'avais choisi le mauvais créneau et surtout le mauvais endroit. N'y prêtons pas trop attention et terminons notre repas tranquillement, sans trop s'agiter, cela était inutile. Je ris doucement quand Nightmare commençait à vouloir monter sur la table, sans doute pour manger plus à l'aise. Non, non, pas question qu'il grimpe la dessus avec ses petites pattes. Je le reposais sur mes jambes, le grondant gentiment, avant de jouer à lui agiter une frite au dessus du museau, qu'il regarda avec de grands yeux noirs, prêt à bondir dessus pour la dévorer. Bon certes, ce n'était pas correct, on jouait un peu avec la nourriture.

La salle était maintenant presque pleine. J'avais encore un peu d'espoir que personne ne vienne nous rejoindre. Toutefois, on ne peut pas vraiment contrôler son destin, n'est-ce pas ? Souvent on se dit "Je n'ai pas envie que cela arrive", et cela nous tombe sur le coin de la truffe, comme si le sort s'amusait avec nous, à nous contredire sans cesse. Quoi qu'il en soit, quelqu'un finit par arriver.... D'une façon des plus surprenante d'ailleurs.


- Bonjour Ladies ! Je cherche une table pour m’asseoir et déguster mes burgers et si ça ne dérangeait pas que je m’assois ici…

Je déglutis avec difficulté ma bouchée, ne sachant trop s'il fallait rire face à une telle réplique digne d'un comique de cirque, ou juste acquiescer en silence, gênée par autant d'entrain face à une inconnue. Ladies ? Allons bon, d'où il sortait celui là ? Bon, il avait gagné. Je ne pu m'empêcher d'esquisser un petit rire. C'était vraiment trop exceptionnel pour laisser passer ça. Toutefois, c'était bien un rire amusé, et non de la moquerie, ou du mépris à son égard, jamais je ne me le serais permis. Est-ce qu'il venait également de saluer, comme le ferai un artiste devant son public ?

- Non, non, installe toi, je t'en prie.

Toutefois, on ne pouvait changer aussi facilement les habitudes, n'est-ce pas ? Ma timidité ne pouvait s'effacer aussi rapidement. C'est donc d'une faible voix que je l'invitais à s'installer, accompagné d'un sourire. Après s'il n'avait nul part où se poser, je n'allais pas le dégager, c'était aimable de demander néanmoins la permission.

Il semblait assez jeune, avec une sacrée tignasse verte et rouge, avec en son sommet une bien singulière paire de lunette vraiment sympathique. C'était atypique, très original. Ça changeait des coutumes "ordinaires" de la mode actuelle.

Il avait réussi à attiser ma curiosité, avec son caractère assez jovial, relativement communicatif. J'étais plutôt réservée, mais pas non plus froide, et il m'inspirai la sympathie. Je ne me sentais pas tendue, malgré le fait que je ne le connaissais pas, contrairement à la plupart des personnes que je rencontrais. Il avait une approche originale et dynamique, qui mettait tout de suite dans une bonne atmosphère. Du coup, j'avais bien envie de discuter un peu avec lui, me sentant de bonne humeur.


- Tu viens d'où ? Tu es à l'Académie ?


Avec un tel caractère, et cette façon de ce mettre en scène, cela ne m'étonnerai même pas qu'il poursuive un cursus de Coordinateur également. Peut être qu'il pourrait me donner des conseils, des astuces pour ne pas ressentir de gêne face aux inconnus. Ou alors il aimait juste "jouer" les comiques. Était-ce aussi un rôle qu'il se donnait, ou était-il vraiment comme ça au quotidien ? Une telle joie de vivre était en tout cas plaisante à voir, et je ne pouvais m'empêcher de sourire doucement. En voilà un garçon bien particulier. Je riait à nouveau, légèrement. J'étais vraiment curieuse. Cela m'intriguais fortement de le savoir. 

- Tu es toujours aussi... Expressif d'ordinaire ?









_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 18
Jeu 23 Juin - 18:34


image à gauche

















Après avoir salué la jeune demoiselle, Yuya attendait impatiemment sa réponse ayant vraiment faim et sa bouffe sous son nez disposé sur son plateau. Un peu comme si ses burgers lui disait « Bah alors ? Tu ne peux pas nous manger ? Et tu te prétends artiste ? Laisse-moi rire » La fin était sortie du contexte mais bon, tout tournait autour du spectacle pour Yuya.

- Non, non, installe-toi, je t'en prie.

Dieu merci, le garçon ne se fit pas prier. Une fois à table, Yuya dégaina plus vite que son ombre, un burger dans la main gauche, un autre dans la main droite et c’est parti ! Un croc par-ci, un croc par-là ! L’appétit vaincra, le garçon après deux bouchés dans chaque burger ralenti et pris conscience qu’il était en face d’une demoiselle qui ne connaissait pas, oups. Grosse impolitesse mais c’est la faute à la faim ! Aurait-il dit. Il regarda la femme devant lui, il ne voulait pas trop qu’elle le remarque, les filles peuvent souvent croire ce qui n’est pas. Elle semblait plus vieille que lui, en même temps Yuya faisait partie des plus jeunes de l’académie, faisait-elle aussi partie de l’académie ? Elle avait une longue chevelure bleu et ses yeux bleu/vert ? Yuya n’osait pas trop la regarder pour éviter qu’elle remarque quelque chose. C’est alors qu’elle commença à engager une conversation ?

- Je me suis fait choper !? Mais j’ai rien fait… pensa Yuya avec une drôle de tête.

- Tu viens d'où ? Tu es à l'Académie ?

Ah, ce n’était que ça se disait le garçon, Yuya n’avait pas de secret à cacher ni l’envie de cacher quoi que ce soit.

- Che wien deu Illeumiche ! Oups…

Ne pas parler la bouche pleine… Yuya était un garçon qui pouvait parler des heures entières de sa passion ou de son père, mais il ne s’attendait pas que la demoiselle engage la conversation et donc mangé à son aise. D’un mâchage accélérait, le dresseur avala le plus vite possible le morceau du burger dans sa bouche pour répondre à la jeune fille mais avant ça, elle rigola légèrement et posa une nouvelle question à notre artiste.

- Tu es toujours aussi... Expressif d'ordinaire ?

Expressif ? Yuya n’avait pas vraiment l’idée de ce qu’elle voulait lui demander mais il allait bien trouver un moyen de lui répondre.

- Je viens d’Illumis ! J’y vivais avec mes parents et mon adorable petite sœur Ayu ! Et oui je suis à l’académie, toi aussi ?

Il était facile de répondre à la première question mais pour la deuxième, Yuya respira un coup et se repassa la question dans sa tête.

- Expressif… Depuis mon enfance je regarde mon père fait des spectacles et livrés des combats de divertissement et j’ai toujours voulu faire pareil… Depuis mes 5ans je m’entraine à animé une arène ou un spectacle. Et puis beaucoup disent que le ridicule tue mais c’est faux ! Rien n’est ridicule si on y met du sien ! C’est une phrase de mon papa mais bon, elle m’a très souvent aidé…

Yuya regardait la fille en même de ses explications qui lui mettait des étoiles dans les yeux à chaque fois qu’il parle de son père. Peut-être que…

- Je suis à l’académie pour devenir un artiste de combat ! Mais je suis le parcours de dresseur, et toi ?

Le garçon reprit une bouchée de burger ne pouvant pas se retenir, quelques frites ketchup aussi et un gorgée de sa boisson. Yuya était long à la détente mais venait juste de remarquer le petit Pokémon sur les genoux de la fille, il n’avait jamais vu ce genre à Illumis.

- C’est ton Pokémon ? Il est mignon !

Yuya n’avait pas la chance de pouvoir être accompagné de son Pokémon ici, Aurore était un oiseau et fallait mieux pas le mettre dans un fast-food et bien trop grand pour tenir compagnie dans ce genre d’endroit. Sans hésiter, le garçon reprit des bouchés de nourriture, la faim ne pouvait s’apaiser quand mangeant.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Sam 25 Juin - 13:03






Ce garçon paraissait vraiment… Particulier. Il semblait assez étrange. Etrange dans un sens positif, bien évidement. Il n’était pas une personne que l’on essayait d’esquiver parce que son comportement est singulier ou même effraie. Il avait l’air relativement sympathique, très démonstratif en tout cas, comme je pus le constater.  Il débordait d’une telle énergie positive, s’en était communicatif, bien que je laissais moins transparaitre, affichant plutôt discrètement, ma bonne humeur. C’était assez particulier comme situation. Finalement, nous étions deux personnes totalement opposées. Un rayon de soleil vif apportant sa lumière et sa chaleur dans la vie de ceux qu’il croisait, et la lune tranquille que je symbolisais, brillant timidement d’un éclat plus doux. Le jour et la nuit au niveau caractère. Il est dit qu’il était difficile de rassembler des personnes trop différentes. Je me refusais de croire en cette pensée étriquée. Pour l’instant, tout ce passait bien, paisiblement. Il commença à dévorer son repas avec un entrain et un tel appétit que je regrettais presque de l’avoir coupé dans son élan pour lui parler. Si jamais je venais à être trop intrusive, il n’aurait qu’à me le dire, je suppose. Le mutisme s’adaptait difficilement à cette situation. Soit, j’aurais pu me contenter de l’ignorer, me contenter de finir mon repas avec Nightmare dans le plus grand des silences, m’isolant de tout ce qui m’entourait, m’enfermant dans une petite bulle ou seuls nous deux existaient, cet espace composé de deux petites étoiles brillant encore faiblement dans ce nouveau monde. Mais non, j’en décidais autrement. Cassant cette carapace de discrétion qui me servait au quotidien pour me dissimuler dans la foule d’inconnus, j’avais entamé un dialogue somme toute assez simple, après tout on ne pouvait pas non plus me demander la lune. Et avec ce que je venais de lui demander, sans doute aurais-je assez de matière à le faire parler de longues minutes, que j’écouterais avec plaisir, si cela venait à être intéressant, préférant l’écoute que le bavardage. C’est à cet instant que ce posa un épineux problème dans ma boîte crânienne. Et si ce qu’il allait me raconter ne me captivais pas ? Sans évoquer l’impolitesse, même avec une personne que l’on appréciait, il était possible de s’ennuyer dans une conversation quand celle-ci parlait d’une chose dont on se fichait royalement, mais l’on fait toujours un effort pour l’écouter, sans trop montrer que l’on préfèrerait mille fois aborder un autre sujet, afin de ne pas la froisser et rester poli envers elle. Je déglutis difficilement, discrètement toutefois pour ne pas afficher mon mal être soudain. Dans quoi m’étais-je encore embarquée ? Sentant une légère torpeur s’emparer de mon esprit, je tâchais de me calmer en prenant une gorgée de boisson encore fraîche. Bon, heureusement, c’était plutôt efficace, le sucre combiné au froid faisait toujours bon ménage pour apaiser les nerfs. J’inspirais profondément, prête à l’écouter.

Après avoir finalement terminé ce qu’il avait déjà en bouche, il répondit tranquillement, non sans évidement un certain panache, à mes questions. Quand il me demanda si j’étais à l’Académie également, je lui répondis simplement d’un hochement de tête, accompagné d’un sourire. Mais visiblement il semblait plus « gêné » pour la deuxième question. Oh, j’espère que je ne l’avais pas offusqué, ce n’était certainement pas mon objectif. Il inspira profondément, comme s’il cherchait ses mots, ou qu’il ne savait pas trop par où commencer. Je me mis à stresser intérieurement, me demandant qu’elle ânerie avais-je pu prononcer pour le mettre dans cet état.


- Expressif… Depuis mon enfance je regarde mon père faire des spectacles et livrer des combats de divertissement et j’ai toujours voulu faire pareil… Depuis mes 5 ans je m’entraine à animer une arène ou un spectacle. Et puis beaucoup disent que le ridicule tue mais c’est faux ! Rien n’est ridicule si on y met du sien ! C’est une phrase de mon papa mais bon, elle m’a très souvent aidé…

Au final, aucune raison de paniquer pour des broutilles. Je m’étais complètement fourvoyée. Il parlait avec tellement d’enthousiasme que je fus absorbée par ses paroles. Et ses yeux qui pétillaient pendant son explication, il parlait clairement avec son cœur d’une certaine passion qui l’animait, un feu brûlant en lui. C’était vraiment plaisant d’écouter une personne partager autant ce qui le faisait vibrer dans la vie, sans aucune retenue, s’exprimant librement. Et je pouvais être d’accord sur un point. Le ridicule ne tuait effectivement jamais. C’était simplement une marque de force en ce monde, une preuve d’affirmation de soi, en quelque sorte. Être ridicule en face des autres n’était pas une faiblesse, c’est vrai. Il n’avait pas peur d’être ce qu’il était, qui il était au monde qu’il l’entourait, il avait un bon esprit ce garçon. Si seulement cela pouvait être si simple pour moi… Enfin, ce n’était pas non plus la peur du ridicule qui me bloquait, c’était autre chose… Je suppose ? Peut être que je me voilais simplement la face, ne cherchant pas réellement où était le problème. Mais qu’importe ? J’étais heureuse ainsi, n’est-ce pas ?

- Je suis à l’académie pour devenir un artiste de combat ! Mais je suis le parcours de dresseur, et toi ?

- … Coordinatrice. C’est un peu un spectacle aussi.

C’est alors qu’il se rendit compte de la présence de mon petit compagnon qu’il trouva mignon,  ce qui le fit japper joyeusement à mon grand dédain, surement pour le remercier, mais ce n’était pas convenable de s’exprimer trop fort dans un lieu noir de monde. Donc doucement, je lui tapotais affectueusement la tête, en lui murmurant de baisser légèrement le volume de son ravissement, en souriant. Il s’arrêta, écoutant mon ordre, jetant d’abord un regard sur moi avant de fixer de nouveau le jeune garçon. Je le présentais brièvement, mais pas non plus froidement. C'était mon pokemon, et j'en étais fière.

C'est un Zorua, il s'appelle Nightmare.

Cela m’étonnais qu’il n’ai pas choisi la coordination, optant pour la filière « Dresseur de pokemon », mais sans doute avait-il un objectif différent que simplement entrainer ses pokemons pour le visuel. Je trouvais curieux cette appellation « artiste de combat », et je lui en fis par, toujours poussée par la curiosité, lui demanda ce que cela signifiait. Et de fil en aiguille, une autre question me vint. En y pensant, peut être aurais-je dû commencer par ça.

- Tu t’appelles comment ?








_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 16/06/2016
Messages : 18
Dim 26 Juin - 22:04


image à gauche

















Après quelques bouchés de burgers accompagnés de frites ketchup, la demoiselle répondit à la question du jeune garçon concernant leurs parcours scolaire. Une Coordinatrice, donc elle aussi aspire de devenir une artiste de scène, mais la fin de sa phrase perturba Yuya. « C’est un peu un spectacle aussi » bizarre, même pour le garçon, la coordination était un spectacle, certes qu’il ne pratiquait pas mais un spectacle quand même.

- Elle a l’air d’être assez timide…

Pensa Yuya tout en sirotant son Ice Tea à l’aide d’une paille. Celui un peu froid à cause de la glace à l’intérieur, avec ce monde il avait oublié de demander sans glaçons.

- C'est un Zorua, il s'appelle Nightmare.

Un Zorua donc ? C’était la première fois que Yuya voyait ce genre de Pokémon, il n’avait pas l’air de trainé autour d’Illumis. Le dresseur observait la demoiselle et son Pokémon et remarquait un fort lien qui les unissait… De l’amitié ? Il semblait y avoir autre chose, les deux semblaient vraiment être sur la même longueur d’onde, sûrement une forte confiance mutuelle. Yuya n’avait pas vraiment compris la signification de ce surnom à cause de son bas niveau en anglais, il avait beau crier à chaque fois « LADIES AND GENTLEMEN » ça ne faisait pas de lui un maître de l’anglais, loin de là. Le dresseur regarda l’intérieur du fast-food mais celui-ci était toujours autant rempli et heureusement que cette table était un peu isolée sinon le brouhaha empêcherais les deux étudiants de discuter. La jeune fille en profita pour demander qu’était-ce l’appellation « Artiste de combat », c’est vrai que pour Yuya, ce nom faisait partie de sa vie courant mais pas pour les autres, ainsi que sa signification.

- Tu t’appelles comment ?

Comment l’expliquer se demanda Yuya intérieurement, son explication pourrait dénigrer le métier de coordinateur… Il fallait utiliser les bons mots, mais Yuya avait pris une mauvaise habitude. Yuya mis son dos contre le dossier de sa chaise les bras croisés réfléchissant un peu à la question en laissant échapper un petit son de sa bouche.

- Huuuuuum…

Yuya ouvra les yeux après avoir trouvé sa réponse.

- Je m’appelle Yuya Sakaki et j’ai 14ans ! Concernant l’appellation « Artiste de combat » est une discipline où mon père exerce, et comment dire… Lorsque mon père affronte des gens ou faits des concours, il enflamme le public accompagnés par ses Pokémon et non seulement les Pokémon. Le dresseur donne les ordres, l’ordre et autres indications et ensuite le Pokémon exécute mais mon père accompagne ses Pokémon dans le spectacle. A chaque fois que je le vois s’amuser au milieu de ses Pokémon sur scène, je ne peux m’empêcher de vouloir lui ressembler et c’est lui qui a pris l’initiative de m’envoyer ici.

Yuya prit une autre bouché de burger et gorgé d’Ice Tea pour s’hydrater après ce long dialogue.

- Ca peut te paraitre bizarre que mon rêve est de devenir un artiste et pourtant je me suis inscris au parcours de dresseur mais, avant de partir mon père m’a dit une dernière phrase « N’oublie pas de choisir ta propre voie ! », j’y ai réfléchi le long du voyage sur le bateau et enfin de compte je pense qu’il voulait me dire d’arrêter de le copier comme je fais depuis petit à l’imiter derrière la télé. J’ai donc choisi de m’orienter dans la branche de dresseur où je pourrais peut-être apprendre des techniques que mon père ne connait pas.

Comme à son habitude, Yuya parlait beaucoup dans un sens, il ne savait pas vraiment si c’était une qualité ou un défaut. Il se mit à rigoler et à s’excuser.

- Haha, désolé je te saoule peut-être avec mon histoire. Et toi, tu t’appelles comment ?

Yuya savait qu’il ne fallait pas demander l’âge à une femme à force de se faire gronder par ses maitresses à l’école ou sa mère. Il ne comprenait pas trop pourquoi ce n’était pas respectueux alors qu’elles peuvent le demander sans problème.

- Je sais pas si c’est déplacé comme question, mais toi aussi tu as un rêve ?

Yuya était encore jeune et innocent, il ne voulait pas dire de propos déplacé ou qui pourrait rendre mal à l’aise son interlocuteur mais il ne pensait pas à mal.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Lun 4 Juil - 17:00






Silencieusement, je l'observais, tandis qu'il semblait réfléchir à ce qu'il comptait me répondre. Il ferma les yeux et croisa les bras, s'affalant mollement sur sa chaise, sans doute se concentrant pour formuler une réponse cohérente et censée. Je n'avais pas l'intention de le mettre non plus dans l’embarras, et j'avoue ne pas avoir comprit sur le coup pourquoi avait-il besoin d'autant de temps pour répondre à de simples questions. Nerveusement, je touillais ma boisson avec la paille, balayant de temps à autre les glaçons qui s'entrechoquaient dans le liquide, avant de prendre une petite gorgée, toujours dans le silence, avant de reprendre machinalement mon geste de remue de mon verre. A ce rythme, il n'y aura plus beaucoup de bulle, déjà que de base il n'y en avait que très peu.

Sa cogitation enfin achevée, il répondit par un long discours que je pris plaisir à écouter, ce garçon transmettait vraiment beaucoup d'énergie positive dans tout ce qu'il faisait, et même dans ses paroles, c'était véritablement un vrai rayon de soleil. Quand il m'expliqua en son sens ce que voulait signifier artiste de combat, je devais bien admettre que tout n'était pas encore très limpide sur le coup. Cela me paraissait très similaire à de la coordination, honnêtement, mais ce devait être très subtil pour qu'il y ai une discipline portant un nom différent. Je ne pu m'empêcher de sourire, une pensée me venant en tête. Peut être qu'une démonstration serai plus parlante qu'une explication ? Mais ... Avait-il parlé de combat ? Non, il évoqua aussi durant les concours, ce qui me rassura. Enfin, après, il pouvait s'agir d'un entrainement amical et Zorua en avait bien besoin pour s'améliorer. Un petit match pour démontrer les talents de chacun, voilà qui pourrait être très intéressant. J'en trépignais d'avance, sans trop le montrer, bien évidement.

Je continuais de l'écouter attentivement, m'exposant ses rêves, ses motivations à suivre les traces de son père et devenir un artiste de combat à son tour, choisissant toutefois la voie des dresseurs pour apprendre des techniques différentes que celles pouvant être enseignées en coordination, ce qui me parut être une excellente idée, voir et découvrir les choses sous un angle nouveau pour révolutionner les codes déjà présent des artistes de combats. Finalement, nous avions un parcours assez similaire. Nous suivions les chemins empruntés par nos parents, qui nous transmirent leur passion, et nous essayons désormais de briller tout autant qu'eux dans ce monde. Prions juste afin que nous ne n'ayons pas à subir d’éclipse dans notre parcours, qui risquait de trop nous ralentir, ou nous condamner aux ténèbres. Allons, il n'y avait aucune raison pour que quelque chose tourne mal, n'est-ce pas ? Nos routes étaient logiquement toutes tracées. Il suffisait de s'entrainer dur et nous atteindront les sommets. Nous avions confiance en nos arts et nos aptitudes.

Il interrompit soudainement son discours avec un petit rire gêné. Il avait peur de m'ennuyer avec ses histoires ? Je rit doucement à mon tour, le rassurant. Je n'étais nullement agacée de l'écouter, bien au contraire. J'étais ravie qu'il me parle autant, je prenais plaisir à l'écouter, et j'admettais largement préféré l'écoute à la parole. D'ailleurs, il s'était présenter, et c'était dorénavant mon tour de dévoiler mon nom. Enfin, dévoiler, ce n'est pas comme si j'avais quelque chose à cacher. Je lui adressa un petit sourire, avant de lui répondre simplement.


- Galathéa.

Contre toutes attentes, il me demanda si j'avais également un rêve à accomplir. J'esquissais un grand sourire, sentant mon cœur battre dans ma poitrine à cette douce pensée. Mon rêve ? Il était aussi limpide que de l'eau de roche. Je n'avais qu'un but dans ma vie. Et je comptais bien l'atteindre un jour. C'est donc sans la moindre hésitation que je me lançais cœur et âme, à cœur ouvert, pour lui dévoiler sans pudeur quel état le rêve que je m'étais fixé.

- Mon rêve ? Ce serait de devenir une grande danseuse connu dans le monde. C'est ma mère qui me transmit cet amour pour les arts, c'était une célèbre danseuse également. Je rêve de devenir son égale.


J'en était encore loin, et je n'avais pas la prétention d'être à son niveau à l'heure actuelle. Dans mes mots, j'essayais de transmettre la même fougue, quoi qu'un peu plus subtile, qu'avait Yuya en parlant de ses rêves. C'était quelque chose qui me tenait à coeur, un objectif que je souhaitais réaliser plus que tout au monde, c'était clair et limpide. J'étais certes plus évasive, plus discrète concernant ce que je pouvais ressentir, mais la passion était clairement là, mes yeux scintillaient lorsque je parlais de la danse, tout le monde me le disais souvent. Je vivais pour cet art, et cela se voyait aussi lorsque je dansais. Effacer toutes les peurs et la timidité lorsque je mon corps se met en mouvement, suivant cette chorégraphie que je connaissais sur le bout des doigts, aucuns des pas n'étaient le fruit du hasard, tous calculés, tous coordonnés pour atteindre la perfection. Un dur labeur pour un résultat parfait.

Je revins rapidement sur terre, adressant un nouveau sourire à mon interlocuteur. Je n'avais guère non plus envie de l'embêter longtemps avec mes histoires, préférant faire court, car je pouvais en parler des heures, un sujet qui me passionne tant. J'imagine bien que cela devait en être de même pour lui. D'ailleurs, je rebondis la dessus, très curieuse. J'avais bien envie de voir à quoi cela pouvait bien ressembler. Et il n'y avait qu'un moyen de le savoir. S'il voulait bien, bien entendu. Je comptais le laisser décider, optant pour la subtilité.  


- Ça m'a l'air très intéressant ce spectacle "d'artiste de combat", et je serai très intriguée de voir à quoi cela ressemble.







_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» D'un coeur brisé naîtra une passion dévorante [Aurore]
» CADEAUX POUR AURORE
» [Cimetière] Funéraille d'aurore
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» Découvert d'une sœur (PV Aurore sanglant)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pocket Monster :: ZONE RP :: La Ville :: Quartiers d'Activités-
Sauter vers: