Un premier contact renversant

 :: ZONE RP :: Dans l'école :: Rez de Chaussée :: Hall d'Entrée Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Ici depuis : 21/07/2016
Messages : 45
Sam 23 Juil - 10:27




Feat Galathéa Allister


Un premier contact renversant

Le soleil vient à peine de se lever sur Jadielle. J'ouvre des yeux encore embués de fatigue tandis qu'Usui ronronne dans son sommeil. La jeune loutre est roulée en boule sur mon ventre, comme tous les matins, et je prends quelques secondes à observer sa respiration faire mouvoir lentement sa poitrine. Dehors, je parvenais à discerner quelques Roucools qui commençaient à saluer l'astre de lumière.

Prenant Usui par la taille, je le dépose au pied de mon lit puis étire mes bras en poussant un bâillement sonore. Je me frotte les yeux avec lenteur et jette un coup d'œil autour de moi jusqu'à me rendre compte que Julius, mon père adoptif, m'observe depuis l'encadrement de la porte de ma chambre.

- Hé bien, on se réveille enfin, la marmotte ? Il était temps… Tu sais quel jour on est au moins aujourd'hui ?

Je le regarde et fronce les sourcils, détectant une pointe d'amusement dans sa voix. Quel jour on était ? Quelle drôle de question… Je regarde rapidement le calendrier pour vérifier que ce n'est ni mon anniversaire, ni le sien. Non, c'est pas ça. Mais quoi alors ?

La réponse me saute soudain au visage comme un Rapasdepic fondant sur un Magicarpe. Saint Arceus, comment ai-je pu oublier ça ? Demain, c'est mon premier jour de cours ! Il faut vite que je prépare mes affaires, le ferry pour l'île d'Irena part en début d'après-midi !

Je réveille rapidement Usui et le met au courant de la situation avant de foncer prendre un petit-déjeuner en quatrième vitesse. J'engloutis mes céréales puis remonte dans ma chambre comme une fusée. Réfléchir, vite ! Que prendre, que prendre ? Heu… Je me souviens alors d'une liste préparée la semaine dernière. Où était-elle déjà ? Ha oui ! Sur mon bureau ! Je m'y précipite et commence à lire les différentes choses que je planifiais d'emporter tout en tâchant de me calmer un minimum. Si je restais dans cet état, j'allais fatalement oublier quelque chose !

La matinée passa bien plus vite que je ne l'avais pensé. Je finis de préparer ma valise vers onze heures, ce qui me permit de me relaxer un peu avant mon départ. Depuis son canapé préféré, Julius m'observe avec un air d'amusement flottant sur son visage. Espérant me calmer encore un peu, il se met à me parler de son premier jour à l'académie des rangers où il a été formé. Lui aussi avait du mal à contenir son enthousiasme ce jour-là.

Nous avons bavardé pendant une grosse heure et demie, tout en prenant notre dîner, puis vint le temps de partir. Devant la porte d'entrée de la maison, Julius me passa la main dans les cheveux en me donnant un dernier mot d'encouragement et me laissa partir. Mon moyen de transport est à Bourg Palette, j'en ai pour une grosse heure de marche pour y arriver.

J'arrive devant le ferry la boule au ventre. Le voyage durera jusqu'à demain matin aux environs de six heures. Elle devait être sacrément éloignée pour que le voyage dure aussi longtemps cette île ! Je monte à bord et, quelques minutes plus tard, nous quittons le quai. Plus moyen de faire demi-tour !

Après peu de temps, Bourg Palette n'est plus qu'un petit point noir à l'horizon, sur le gros point un peu moins noir qu'est Kanto. Les embruns me fouette le visage et je vois Usui du coin de l'œil qui s'installe à l'avant du bateau pour mieux observer ce qui nous attend.

Le voyage passe vite. Très vite. Enfin, non. Il est long, mais l'excitation monte tellement que le temps file comme un train à toute allure. Bientôt, je ne tiens plus en place, alors je commence à explorer le ferry, ce qui m'occupe pendant bien trois ou quatre heures. Je n'ai plus vraiment de notion du temps et, avant même que je m'en rende compte, la nuit est tombée. Il est temps d'aller dormir.

Je vais me coucher en compagnie d'Usui, qui a été très calme durant la journée, la passant principalement à regarder la mer à la recherche de je-ne-sais-quoi. Je ferme à peine les yeux que le soleil est déjà levé quand je les ré-ouvre. Nous allons bientôt accoster.

L'ïle d'Irena était très grande, bien plus que ce que j'avais imaginé. Si elle n'atteignait pas la taille de l'île principale d'Hoenn, elle était en tous cas au moins l'égale des plus grandes îles secondaires, comme celle qui abrite Myokara ou encore Algatia. On pouvait y distinguer une montagne, un volcan, une large vallée et je crus même distinguer le scintillement bleu d'un lac. J'aurais de quoi explorer, ça au moins c'était clair !

Je trouve tant bien que mal mon chemin jusqu'à l'académie au bout d'une heure à tourner en rond dans la ville et me retrouve devant le portail principal. Ca y est. Plus moyen de reculer. Je prends une grande inspiration, passe le portique et arrive dans un immense couloir à l'intérieur du bâtiment principal. L'architecture est incroyable et je me perds dans les décorations tout en marchant droit devant moi quand soudain, ce qui devait arriver arriva.

Ne faisant pas attention à ce qui se passait autour de moi, je percute quelqu'un au détour d'un croisement. Nous tombons tous les deux sur le sol et je vois trente-six étoiles. Réussir à emboutir quelqu'un dès mes premières minutes à l'académie, c'était fort quand même. Je m'accorderais bien une médaille. Je me redresse aussitôt et tends ma main pour aider mon innocente victime à se relever tout en me confondant en excuses.

- Désolé Mademoiselle, je ne regardais pas où j'allais. Vous allez bien ?





_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Dim 24 Juil - 0:37






Une douce mélopée m'extirpa lentement d'un long et profond sommeil réparateur, sonnerie bien particulière que je ne connaissais que trop bien, et qu'hélas, je devais bien le reconnaitre, je n'avais guère envie d'entendre d'aussi bon matin, malgré la douceur de cet air que j'adorais tant en temps normal. Osant sortir à l'air libre un bras d'un mouvement lent et faible provoqué par une soudaine paresse de haut niveau, je tapotais doucement ma table de nuit, cherchant désespérément à trouver le point d'origine de cette musique qui me paraissait moins agréable à mes oreilles, et lui faire comprendre qu'elle avait parfaitement à nouveau rempli sa mission du jour, en l'achevant pour la journée, et comptant encore sur elle pour demain matin. Quelques pressions du bout des doigts sur l'écran tactile du téléphone mirent un terme enfin à ce calvaire que l'on nommait réveil. Puis, sortant finalement de ma grotte, représentée par cette chaude et bienveillante couverture, je m'étirais longuement, agenouillée sur le lit, retrouvant lentement mais surement mes esprits et les repères tout autour de moi. J'observais alors, les yeux larmoyants après un bâillement à s'en décrocher la mâchoire, mon oreiller, dans lequel je n'avais qu'une envie : y reposer la tête pour prolonger cette nuit bienfaitrice et remplie de doux rêves. Quelque chose me percuta, m'obligeant à analyser plus en détail cet objet, malgré mon cerveau légèrement endormi aux neurones pas encore tout à fait connectés. Une tâche ? Ah... D'un revers de la main, j'essuyais la bave encore légèrement humide de mes lèvres, avant de parvenir au prix d'un grand effort de sortir du lit, passant une main dans ma crinière bleuté en désordre, regroupant des affaires pour aller me laver, et me préparer pour la journée à venir.

C'est après un bon petit déjeuné copieux, privilégiant plutôt la simplicité des tartines de confitures de fruit avec un petit thé, je quittais sans un bruit la cafétéria de l'Académie, Nightmare à mes talons, jappant joyeusement, s'amusant à tournoyer autour de moi, réclamant inlassablement mon attention et si possible quelques caresses. Enfin, c'est ce que je pensais tout d'abord, lui étant d'ordinaire assez câlin, je ne me doutais pas que son agitation était dû à autre chose, sur le moment, et je ne m'étais guère méfiée suffisamment de ce petit renard fourbe à la bouille adorable. Trottinant gaiment à mes côtés, je ne remarquais pas son regard insistant sur un ruban noir accroché rapidement à mon bras, au poignet, qui me servait surtout pour m'attacher les cheveux lorsque ceux-ci devenaient gênant, plutôt que de devoir toutes les minutes les dégager de mon visage, me déconcentrant assez rapidement de la sorte. Au fur et à mesure de mon errance dans les couloirs, les cours ne commençant pas encore tout de suite, mais profitant allègrement de la matinée pour marcher tranquillement sans trop de personne dans les environs, je sentais le tissus glisser de mon poignet, jusqu'à ce qu'enfin il puisse être à portée de griffe, et de crocs surtout, du petit Zorua qui profita d'une négligence de ma part, le regard dans le vide, s'emparant prestement du ruban entre ses dents, et s'en alla aussi vite que l'éclair pour sans doute le mâchouiller en paix, chose que je ne voulais pas qu'il fasse. C'est donc ainsi, de si bon matin, que débuta une course effrénée derrière mon Zorua, afin de récupérer mon bien, si possible, dans un état encore convenable. Mais ce n'était qu'une question de temps avant que ce ne soit complètement fichu, le tissu rongé de toute part, déchiqueté entre les crocs assassins de ce petit diable de Zorua.

Courant à travers le dédale de couloirs sans fin à la poursuite de ce malfaiteur sournois, le coupable de ce larcin ignoble, terrifiant et diabolique voleur de ruban, je peinais finalement à le suivre, détestant la course plus que tout au monde, sans exagération aucune de ma part. Lui, sans mal, parvenait à tracer au loin, pour finalement disparaitre au détour d'un couloir, longeant le mur pour fuir plus aisément, chose que j'essayais également de faire pour tenter de le rattraper. Jusqu'à la seconde fatidique où, dans cette course endiablée, je percutais lourdement un obstacle sur ma route à une intersection. Rencontre brutale et douloureuse avec un individu, nous projetant chacun sur le sol. Par réflexe, je fermais les yeux, attendant la pénible rencontre entre mon corps et le carrelage de l'Académie. Et hop, un bleu dès le matin ! Je poussais un petit gémissement de douleur, en rouvrant les yeux, constater enfin contre qui je venais de foncer à l'instant par mégarde.

J'eu à peine le temps d'y jeter un oeil que celui-ci était déjà debout, à me tendre la main pour m'aider à me relever. Je rougissais légèrement, attrapant timidement sa main. C'était vraiment gentil de sa part d'agir de la sorte, après une telle bousculade. Je m'attendais plutôt à un agressif "Regarde un peu où tu vas", suivit plus ou moins de noms d'oiseaux, avec un vocabulaire fleurit en tout genre, c'est donc agréablement surprise que je constatais qu'au contraire il s'excusait, mais en plus qu'il s'inquiétait. Je redressais timidement mon regard vers lui, prête à lui répondre, quand mes yeux se bloquèrent sur un terrible détail qui me plongea dans une certaine panique. C...C'était moi qui lui avait fait ça ?! Une partie de son visage était rouge. Était-ce dû à notre brusque rencontre ? Quoi qu'il en soit, j'en perdais mes mots, en balbutiant misérablement des phrases incompréhensibles. Je me sentais si mal. Mal et maladroite. Mes joues s’empourprèrent à cause de l'embarras. Je pris finalement une grand inspiration, pour enfin lui dire quelque chose clairement, m'excuser platement.  


- Je... Non, c'est ma faute... Je suis désolée ! Est-ce que ça va ? ...







_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 21/07/2016
Messages : 45
Dim 24 Juil - 13:12




Feat Galathéa Allister


Un premier contact renversant

Ce n'est que maintenant que j'observe un peu mieux mon interlocutrice. À première vue, il s'agit d'une jeune femme d'à peu près mon âge avec une étonnante chevelure bleue. Non pas que ça lui aille mal, au contraire même, mais il fallait avouer qu'on ne croise pas ce genre de cheveux tous les jours. Était-ce sa couleur naturelle ? En tous cas elle est plutôt mignonne et je ne peux pas m'empêcher de rougir quand nos regards se croisent.

Je me rappelle à l'ordre et me reconcentre sur la situation avant de trop la dévisager et remarque un début de panique apparaitre dans ses yeux. Je commence moi aussi à paniquer, me demandant d'où vient le problème. Qu'est-ce qu'il y a ? Je lui fais peur à cause de ma cicatrice ? Ou ce sont mes cheveux alors ? Aaaaah, qu'est-ce qu'il se passe ?

- Je... Non, c'est ma faute... Je suis désolée ! Est-ce que ça va ? ...

D'un coup, la pression retombe en comprenant qu'elle pensait être à l'origine de ma cicatrice. Ho. Ce n'était que ça. Un sourire amusé me monte aux lèvres tandis que je l'aide à se relever. J'ai l'habitude que les gens s'inquiètent pour ma cicatrice ou même en soient dégoutés, mais c'est bien la première fois que quelqu'un croit en être à l'origine. Je tente de la rassurer à ce propos, mais ne m'étends pas sur le sujet car il m'est encore plutôt pénible de l'évoquer. À la place, je préfère m'enquérir de son état à elle, car elle n'a pas répondu à ma première question, arguant que c'était sa faute à elle –ce dont je ne suis absolument pas d'accord, mais nous n'allons pas nous battre pour savoir qui en est responsable, ce serait stupide.

- Ho, ne t'en fais pas, ce n'était qu'une petite chute. J'ai déjà vécu pire, héhé. Et ça, ce n'est pas ta faute, c'est… une longue histoire. Mais tu es sûre d'aller bien ? Le choc n'était pas léger…

Quelques instants plus tard, je sens un petit tiraillement au niveau du bas de mon pantalon. C'est Usui qui semble s'agiter. Bizarre, ce n'est pas son genre d'habitude. Je le prends dans mes bras et en profite pour faire les présentations tout en la gratifiant de mon plus beau sourire.

- Je m'appelle Ethan, et lui c'est Usui. Enchanté !

Le jeune Moustillon continue de s'agiter et semble m'indiquer le couloir d'où on vient. Soudain, il saute de mes bras et y fonce tête baissée. Mais qu'est-ce qu'il a remarqué pour être ainsi ? Je me tourne vers la jeune femme, un air désolé sur le visage.

- Désolé, il n'est pas comme ça d'habitude, il vaut mieux que je le rattrape avant qu'il fasse une bêtise.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Mar 26 Juil - 11:57






Une déplaisante sensation semblait compresser mon cœur, le poids d'une culpabilité pesait lourdement en moi, à un point tel que je n'avais qu'une envie : m'enfuir au loin oublier rapidement ce malencontreux accident. Je ne me permettais pas de déjà partir, sans le savoir en état. Certes, je ne le connaissais pas, j'ignorais tout de lui, toutefois était-ce une raison pour l'ignorer et n'avoir que faire de sa blessure ? Surtout lorsqu'on en est la responsable ? Oh... Je sens encore mon cœur se serrer dans ma poitrine. Quelle idiote, n'aurais-je pas pu faire plus attention ? Tout était de ma faute ...

Une fois relevée, je pensais avoir le courage de m'avancer pour m'excuser davantage, hélas je ne fis qu'un pas en arrière, la tête lourde de pensées négatives et comme emportée par le poids de mon "crime" dont les preuves accablantes ne pouvaient que se montrer à mes prunelles bleues d'un regard fuyant, tourmenté par ce gênant accident qui aurait pu être si facilement évitable, en y pensant. Fixant quelques minutes qui me parurent interminables le carrelage froid et dur, ça je l'avais bien noté et retenu, mes yeux se relevèrent lentement jusqu'au visage de la victime de ma maladresse et... Je le vis sourire. Que ?... Je ne comprenais pas... Pourquoi ? Mes joues s'empourprèrent d'une teinte légèrement rosée, cherchant, embarrassée, une raison de cette attitude si détachée, sereine. Je me crispais, mes pensées trop orientés vers de sombres interprétations, je voyais plutôt ce sourire comme une façade décoratrice, calme et posé, l'imaginant déjà hurler dans son être les plus grands malheurs pouvant m'arriver, maudissant ma famille sur sept générations. Je m'apprêtais alors à renouveler une fois de plus mes excuses lorsque, sa voix s'éleva, voulant me rassurer sur la situation. Je lâchais un petit cri de surprise, et le regardais timidement dans les yeux. Alors... Ce n'étais pas moi ?... Il parlait d'une longue histoire... Sans doute quelque chose dont il ne devait pas exprimer si aisément, surtout à une inconnue. Cela ne me regardait sans doute guère, et je n'y prêtais pas plus attention, non seulement pour le pas l'embarrasser, ni pour paraitre invasive dans sa vie, ne souhaitant pas le brusquer pour en savoir plus, cela ne me ressemblait pas. Et puis... A bien regarder cela ne me choquait pas plus que ça. Ce garçon était tel qu'il est, rien ne pourrait changer. D'ailleurs, cela me faisait étrangement penser à Altaïr et son cache œil. Encore quelqu'un présentant une particularité physique qui risquait de ne pas passer inaperçue. Je ne pouvais qu'espérer qu'il ne soit pas rejeté pour cela, les personnes pouvant être si cruelles avec des individus légèrement différent.

Quand il voulu s'assurer que j'allais bien, je le regardais avec surprise, avant de hocher faiblement la tête, acquiesçant sans un bruit. J'allais sans doute avoir un bleu, néanmoins il n'y avait pas eu mort d'homme. Inutile de dramatiser. Plus de peur de que mal dans cette percutante rencontre. D'ailleurs, n'était-ce pas la première fois que je le voyais ? Parmi cette foule d'étudiant que je croise au quotidien, je peinais à retenir les visages de tout ceux sur ma route, me contentant déjà de me souvenir de mes camarades de classe, ou les quelques personnes avec qui j'avais déjà bavardé. Du coup... Je ne savais trop quoi penser de lui, mis à part qu'il me semblait plutôt bienveillant, ce qui me rassura un tout petit peu. Heureusement que je n'étais pas tombée sur une brute qui m'aurait rapidement fait comprendre qu'il fallait éviter de lui rentrer dedans au risque d'avoir des représailles. Je poussais un long soupir, expulser toute la panique qui s'était amusée à prendre le contrôle de mon être précédemment.

Rapidement, je le vis alors s'abaisser, pour ramasser quelque chose avant de se relever. Oh, c'était son pokemon. Un petit Moustillon. Il se présenta alors, avec son compagnon, affichant un sourire radieux. Ethan et Usui. J'esquissais alors un petit sourire, rougissant légèrement, et me présenta rapidement à mon tour, d'une faible voix. Je ne voulais pas non plus qu'il me prenne pour quelqu'un de froid, ou loin d'être sympathique.


- ... Galathéa... Enchantée de même...


Je regardais alors le Moustillon, qui me paraissait étrangement instable dans les bras d'Ethan. N'aimait-il pas qu'on le porte ? C'était la première idée qui caressa mon esprit. Ou était-il timide, et n'appréciait-il pas qu'on le force à se présenter de la sorte. Je ne savais trop quoi en penser, et le meilleur placé pour savoir ce qui pouvait bien le rendre si nerveux de la sorte n'était autre que son dresseur. Brusquement, il bondit de ses bras et file à toute vitesse dans le couloir, sous le regard éberlué de son maître. Oh ... Il n'avait pas non plus l'air de comprendre ce qui lui arrivait, à son Moustillon. Quelque chose avait du attirer son attention grandement au point de s'enfuir ainsi... Je réfléchis quelques instants... Avant de me souvenir pourquoi j'en était venue à faire sa rencontre. Nightmare. Il... Il l'avait vu ? Partait-il à sa recherche ? J'avais perdu sa trace à cause du choc, il en a profiter pour s'échapper sans prendre la peine de se retourner. Vilaine bête farceuse. Je riais intérieurement, sans trop le montrer. Après... Peut être me trompais-je. Quoi qu'il en soit, nos deux pokemons erraient dans l'Académie, ce qui ne risquait pas de jouer en notre faveur. Je regardais Ethan, avant de lui dire, timidement.

- ... Mon Zorua s'est échappé aussi... On peut les rechercher ensemble... Si tu veux...

Un Moustillon et un Zorua, cela ne devait pas être si difficile à trouver, n'est-ce pas ? ... Deux petits pokemons dans une immense Académie.... La tâche s'avéra moins facile qu'elle ne me paraissait il y a peu ... Je soupirais doucement, légèrement inquiète, je devais bien le reconnaitre. Je ne pouvais qu'espérer qu'on les retrouve rapidement, commençant à marcher silencieusement, lentement, en direction du couloir qu'emprunta le petit Moustillon. Si ça ce trouve, il poursuivait totalement autre chose et je me fourvoyais.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 21/07/2016
Messages : 45
Mar 26 Juil - 19:25




Feat Galathéa Allister


Un premier contact renversant


J'apprends que la jeune femme porte le nom charmant de Galathéa et qu'elle est à la recherche de son Zorua qui a échappé à sa surveillance. Dès que j'entends cela, j'ai comme un déclic qui se fait dans ma tête car ça semble expliquer le comportement étrange d'Usui. Avant que je ne percute Galathéa, je ne faisais pas très attention à lui, mais je savais qu'il marchait devant moi. Il est plus que probable qu'il ait croisé ou percuté le petit renard avant de le voir partir dans la direction d'où nous venions. Puis il a probablement tenté de nous prévenir qu'il était parti par là, mais comme je n'ai pas fait attention, il n'a pas trouvé d'autre moyen de me faire comprendre que de s'élancer lui-même à la poursuite du fuyard ! Ca paraissait tout à fait logique, surtout connaissant son caractère. Usui a beau être un petit pokémon sérieux, il est également doté d'une curiosité absolument insatiable. Voir passer un autre pokémon en trombe a forcément piqué son intérêt.

Tout en réfléchissant à cela, j'entends Galathéa me proposer de chercher nos pokémons ensemble. Faire équipe pour les retrouver ? Ça me semble être la meilleure chose à faire aussi. Après tout, je ne suis arrivé qu'il y a quelques minutes, une heure tout au plus, si je commence à partir à la recherche d'un pokémon de la taille d'Usui tout seul, je vais juste réussir à me perdre et je le sais parfaitement. Oui, juste avant je me baladais sans regarder où j'allais et alors ? Là, se perdre était plus ou moins le but, histoire de découvrir un peu l'endroit. Alors que dans le cas présent, nous n'allons pas avoir le temps de flâner pour retrouver nos petits compagnons dans cet immense bâtiment. La perspective qu'Usui se fasse enlever m'effleure quelques instants, mais je préfère le repousser. Ce n'est pas son genre de se laisser attraper comme ça par un inconnu, à fortiori s'il est doté de mauvaises intentions, et je me tente de me rassurer en me disant que c'est une académie avec un certain taux d'exigence, ce qui devrait limiter le nombre de personnes peu scrupuleuses dans les environs. Enfin… j'espère…

J'accepte l'offre de Galathéa et me retourne juste à temps pour voir disparaitre la petite tête blanche d'Usui au tournant d'un couloir à une cinquantaine de mètres. Oulà, nous n'avons pas le temps de trainer où il va nous semer le bougre ! Vite, j'attrape la main de la jeune femme et m'élance à la poursuite de mon starter. Ce n'est qu'au bout d'une quinzaine de secondes que je réalise ce que je viens de faire et je m'empourpre d'un coup. Moi qui d'habitude ai déjà du mal à parler avec les filles, voilà que j'avais carrément pris sa main pour l'entrainer à ma suite sans même lui demander son avis. Qu'est-ce qu'elle allait bien penser de moi ? J'espère qu'elle ne va pas se faire de fausses idées ou me prendre pour un mufle, ce serait vraiment le pompon. Enfin bref, la situation ne se prête pas trop au laisser-aller, l'urgence est surtout de retrouver nos compagnons respectifs avant qu'ils ne disparaissent complètement de la circulation !

Nous arrivons au tournant pris par Usui et là, nous nous retrouvons avec un léger problème : aucune trace de lui. Nous sommes devant un couloir plutôt large traversé à plusieurs endroits par d'autres plus petits. Sur les murs, des peintures et des photos exposent dans de larges cadres la puissance, l'attachement mutuel ou encore la beauté de différents dresseurs avec leur équipe. Probablement des Maitres ou Champions d'autres régions, quoiqu'il me semble reconnaitre le vieil Auguste de Cramois'île en un fringuant jeune homme accompagné d'un Arcanin à l'air féroce. Hé bien ! Il a changé depuis le temps ! De quand peut bien dater cette peinture pour qu'il soit si jeune dessus ? Mon cerveau s'arrête de fonctionner quelques instants, complètement focalisé qu'il est sur la représentation du vieux Champion, allant même jusqu'à oublier la raison qui nous a poussés à venir dans ce couloir.

Il me faut bien une bonne minute pour m'arracher à la contemplation de la décoration et me reconcentrer sur notre tâche. Il nous faut à tout prix trouver rapidement un moyen de récupérer la trace de nos petites boules de poils. Chacun de notre côté, nous balayons le couloir du regard à la recherche d'indice témoignant du passage de l'un ou l'autre des jeunes pokémons, mais il n'y a rien à première vue…






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Mer 27 Juil - 0:47






Bien que la perspective de rechercher dans toute l'Académie nos chers petits compagnon de route me paraissait plus complexe en réfléchissant bien à la taille colossale de l'établissement dans lequel nous nous trouvions, je ne m'inquiétais guère quand à leur sécurité. J'avais une confiance aveugle envers Nightmare, et je savais bien que ce petit démon saurait se débrouiller en cas de pépin, si jamais il venait à en avoir un, en venant emboutir à son tour un dresseur, ou un pokemon, un peu plus agressif, au sang chaud, prêt à combattre. Ce petit pokemon possédait une particularité étrange, celle de troubler l'esprit et l'imaginaire de ceux qui l'entourait, en créant une barrière illusoire qui trompe les sens, toutefois, peut être pas ceux les plus aiguisés, Nightmare n'était encore qu'un jeune Zorua, mais son Illusion pouvait paraitre assez réaliste. Ce n'était pas parfait à tous les coups, il fallait bien le reconnaitre, quelques défauts persistaient, mais je ne pouvais qu'encourager ses efforts dans sa volonté de s'améliorer, et je constatais régulièrement de ses progrès. Ses illusions étaient bien meilleures s'il prenait un peu le temps de se concentrer, ou même en cas de panique, avec la montée d'adrénaline subite, s'il avait rapidement besoin d'un moyen de se protéger ou de se couvrir. C'est pour cette raison que je n'étais pas trop inquiète. Il pourrait aisément se défendre, ou même fuir à toute vitesse, et même défendre le petit Moustillon en cas de problème. Toutefois, il est vrai, je ne pouvais qu'avoir envie de le retrouver dans ce dédale sans fin des couloirs de l'Académie. Enfin... J'étais persuadée au fond que nous finirions bien par les retrouver, et ceux assez rapidement. Ils ne pouvaient pas aller bien loin, n'est-ce pas ? Du moins j'espérais... Je soupirais discrètement, et tâchait de rassurer Ethan en lui adressant un petit sourire, lui qui paraissait un peu plus inquiet quand aux péripéties qui pouvaient arriver à son Moustillon. Ce qui était normal, après tout, de vouloir s'assurer que son petit compagnon aille bien. Néanmoins, j'imagine qu'il n'y avait rien de grave à craindre, alors je tâchais de rester sereine.

Toutefois, paraitre calme ne s'avéra pas suffisant pour apaiser les tourments du jeune garçon, apparemment. Sans crier gare, il s'empara soudainement de ma main, et se mit à courir dans les couloirs, à la poursuite de son pokemon. Surprise de ce geste, je me mis à rougir d'un coup, courant tout de même avec lui, tâchant de garder le rythme de sa course effrénée, malgré la légère gêne et l'embarras que je ressentais. Je n'avais pour me moment pas d'autre choix que de le suivre en dépit de tout. ... J'aurais pu le stopper net et retirer brusquement ma main, mais à quoi cela aurait servit, mis à part jeter un froid terrible qui nous ralentirait plus qu'autre chose ? Nous avions pour l'instant un objectif commun ... Et les intentions d'Ethan ne devaient pas être mauvaises après tout... Je me laissais donc guider, parcourant les couloirs vides et silencieux aussi vite que possible, à la recherche de nos pokemons disparus.

Notre interminable course s'arrête enfin, et je reprends difficilement mon souffle suite à cet effort. La course n'a jamais été une partie de plaisir pour moi. Alors déjà celle que Nightmare m'avait fait endurer tout à l'heure plus celle-ci, je sentais que j'allais finir par cracher mes poumons au sol. Je prends le temps de récupérer un peu de cet effort physique, avant de m'intéresser à ce qui nous entoure désormais. Il semblerai que nous étions face à une magnifique galerie de portrait, comme on peut en voir dans les châteaux, dans les nobles et grandes familles, ou chez les personnes très aisés qui voulaient faire des portraits de leur famille. Une atmosphère très... Austère régnait en ce lieu. Cela imposant immédiatement le respect. Je me sentais ... Très petite... Jetant un oeil à Ethan pour ignorer cette sensation, je le vois complètement absorber dans l'admiration des portraits... Et notamment un d'entre eux. Timidement, d'un geste doux de la main, je lui tapote doucement l'épaule pour le faire revenir à lui, en quelque sorte. Nous devions toujours partir à la recherche de petits compagnons, et le temps que nous perdions ici étaient des minutes précieuses gâchées. Si le coeur lui en dit, il pouvait toujours revenir plus tard, après tout. La priorité pour le moment était de retrouver nos pokemons. Bon gré, mal gré, interrompant son admiration, nous reprenions les recherches.

Alors que nous les avions définitivement perdu de vue et que la situation se compliquait de minutes en minutes, je remarquais du coin de l’œil quelque chose trainer par terre, plus loin. M'approchant doucement, je compris une fois devant l'objet en question de quoi il s'agissait. Le ruban noir qu'avait chipé mon petit monstre. Aucun doute dessus, il était parti dans cette direction donc. Mais pourquoi avoir abandonné mon ruban qu'il convoitait tant ? Non ... Il... Il avait dû simplement le laisser tomber, peut être en jappant face au Moustillon, et il n'avait pas eu le temps de le récupérer avant de filer, pour ne pas se faire attraper... Je ne voyais que cette possibilité.... Ou alors une terrible farce qu'il préparait avec ses dons. S'il osait faire ça... Quoi qu'il en soit, j'appelais doucement Ethan, lui indiquant le probable chemin emprunté par nos pokemons, le ruban étant pour l'instant notre seule et unique piste sur cette filature. Nous devions alors la suivre, dans l'espoir de tomber sur eux.

Au bout de quelques mètres, le coeur de plus en plus lourd et inquiet pour mon petit protégé, je ne pouvais plus essayer de rester calme, une certaine angoisse se dessinant lentement sur mon visage, au fur et à mesure de notre progression. Je sens mon coeur étrangement se serrer dans ma poitrine. Je commence à avoir peur ? C'était... Non, impossible. Je fais confiance à Nightmare. Rien ne peut arriver, n'est-ce pas ? Scrutant les moindres recoins, le regard anxieux, je finis par remarquer une masse sombre au bout d'un couloir. Et timidement, d'une voix faible et tremblante, je tente un appel désespéré.


- ... Ni...Nightmare ? ... C'est toi ?...






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 21/07/2016
Messages : 45
Sam 30 Juil - 20:01




Feat Galathéa Allister


Un premier contact renversant

Nous explorons le couloir, à la recherche de quoi que ce soit qui puisse nous mettre sur la piste de nos pokémons adorés, mais rien ne semble vouloir se présenter à nous. Les minutes s'égrènent l'une après l'autre avec lenteur, mais nous ne trouvons rien nous permettant de continuer à suivre la trace de nos compagnons. Pour ce que j'en vois, nous sommes dans un couloir semblable à tous les nombreux autres parsemant les trois étages de l'académie ! À mesure que le temps passe, je sens l'inquiétude grandir dans ma poitrine. Chaque minute, chaque seconde qui passe nous éloigne de ceux que nous cherchons et nous ne pouvons rien y faire. En désespoir de cause, je commence à vérifier chaque recoin du couloir. Chaque tableau, chaque meuble, chaque griffe sur le mur, je passe tout au scanner, tellement la frustration me gagne.

Finalement, Galathéa m'appelle. Je la rejoins sur le champ, aussi fébrile qu'un gamin le matin de Noël. Elle a trouvé quelque chose ? Dites-moi qu'elle a trouvé quelque chose ! Quand j'arrive à sa hauteur, elle me présente un ruban noir. Je l'observe quelques secondes sans comprendre. Je l'avais vu du coin de l'œil un peu auparavant, mais il ne m'avait pas traversé l'esprit qu'il pouvait être un indice potentiel sur le passage de nos pokémons. Quelqu'un avait dû le laisser tomber en passant par ici, et c'est tout. Mais apparemment, je me trompais. La jeune femme m'explique que ce ruban lui appartient et que son Zorua lui a dérobé avant de partir en courant, quelques instants avant notre bousculade. Haaaa, d'accord, je comprenais mieux maintenant. C'était donc parce qu'elle le pourchassait qu'elle courait quand nous nous sommes rentrés dedans. Et si le ruban était ici, ça signifiait que son Zorua était passé par ici, c'était une certitude ! Et comme nous savons déjà qu'Usui est entré dans ce couloir, tout cela ne fait que renforcer ma théorie : mon jeune Moustillon a vu passer le Zorua de Galathéa en trombe et il s'est mis en tête de le poursuivre. Bien, nous avançons !

C'est gonflé à bloc que je recommence à fouiller, là où se trouvait le ruban. Bon, il ne faut peut-être pas crier victoire trop tôt non plus en fait. Tout ce que nous savons, c'est que son Zorua est bien passé par ici. Je remarque un début d'angoisse sur son visage tandis que nous laissons derrière nous l'endroit où nous avons trouvé le ruban. Alors que cette découverte m'a donné un nouvel entrain, il semblerait que pour elle, c'est plus un coup au moral qu'autre chose. Je m'approche d'elle et tente de lui apporter un peu de réconfort, mais elle ne semble pas faire attention à moi, probablement car elle est trop plongée dans ses pensées. Bon, au moins j'aurai essayé. Soudain, je l'entends dire quelque chose dans un souffle. Nightmare ? Ce doit être le nom de son Zorua. Je suis son regard et aperçoit à mon tour une forme sombre au bout du couloir que nous traversons. Serait-il possible que… ?

Au son de la voix de Galathéa, la forme se met à courir vers nous et nous parvenons très vite à distinguer un petit renard noir qui n'attend pas une seule seconde que nous soyons prêts et saute dans les bras de la jeune femme. Toute la tension qu'on pouvait lire jusqu'à maintenant sur son visage s'était effacée et est remplacée à présent par une intense expression de soulagement. La laissant à ses retrouvailles, je regarde à nouveau le couloir d'où provient le jeune Zorua, mais ne voit rien. Pourtant, Usui aurait dû être avec lui, non ? Pourquoi serait-il allé dans le couloir précédent si ce n'était pas pour suivre Nightmare ? Je n'en ai aucune idée, mais l'angoisse que j'avais réussi à chasser revient désormais à la charge. Mon cœur se serre alors que je me demande ce qui a bien pu lui arriver.

C'est abattu que j'explore ce nouveau couloir à la recherche de quelque chose, d'un indice, de n'importe quoi qui indiquerait le passage d'Usui. Abattu et angoissé. Encore et toujours, la même question tourne dans ma tête : Où est-il passé ? Je pense avoir définitivement perdu sa piste quand je remarque à un nouveau croisement une flaque d'eau sur le sol. Mon cœur commence à battre plus vite. Que peut bien faire une flaque d'eau ainsi à l'intérieur d'un bâtiment ? Serait-il possible que… ? Je regarde attentivement l'arrête du coin qui surplombe la flaque et pousse un cri de joie en trouvant ce que je cherche.  Une lézarde dans le coin, juste au-dessus de la flaque ! Mon cœur bondit dans ma poitrine. Il est passé ici, c'est une certitude ! Je vérifie sur le sol et trouve de la poussière de plâtre, prouvant que la fissure est toute récente. Je me relève tout excité et annonce à Galathéa avoir retrouvé la piste de mon starter. En effet, ce que je viens de découvrir est un code qu'Usui utilisait souvent quand nous partions en vadrouille dans la forêt de Jade. Il marquait les troncs où nous tournions et formait un petit amas d'eau au pied de l'arbre, ce qui nous permettait de retrouver avec assurance les endroits où nous étions passés, un peu comme les fameux cailloux du Petit Poucet.

J'étais regonflé à bloc ! Avec un peu de chance, peut-être que le Zorua de Galathéa pourrait nous faire comprendre quelque chose aussi ! Vu qu'on l'avait retrouvé ici et qu'Usui était passé lui aussi par ce couloir, ils avaient forcément dû au moins se croiser ! Je me tourne plein d'espoir vers lui tandis qu'il me rend un regard interrogateur, se demandant probablement ce que je lui veux. Je m'adresse donc à sa dresseuse, me disant qu'elle saura sûrement mieux se faire comprendre de lui que moi.

- Dis… tu penses qu'il saurait nous apprendre quelque chose sur Usui ? Il devrait l'avoir vu je pense, donc est-ce que tu pourrais essayer de lui poser la question, s'il te plait ?






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Lun 1 Aoû - 22:05






J'ignorais alors totalement à quoi, ou à qui mes paroles furent adressées, tentant ainsi cet ultime appel plein d'espoir, priant fortement au fond que ce soit bel et bien mon petit compagnon. Mais l'imaginaire pouvait bien jouer de fourbes tours à celui ou celle ne prêtant guère attention à ce qui l'entoure. A cet instant, n'importe quoi aurait pu apparaitre à mes yeux comme l'image de mon Zorua, tant je n'avais qu'une seule idée en tête : celle de le retrouver rapidement, de préférence en bonne santé. Et elle persistait au fond de mon esprit, à tel point qu'elle aurait pu troubler mes sens, au point de voir Nightmare à chaque détour de couloir, interprétant une simple ombre ordinaire comme une trace de son passage, ou n'importe quoi qui pouvait me donner la certitude que je me trouvais sur la bonne piste. C'en était presque inquiétant d'adapter ce comportement quasiment obsessionnel ... J'en faisant sans doute trop ... Je devais essayer de me contrôler, apaiser ce trouble qui s'amusait à semer la discorde dans mon esprit, titillant mes craintes des pires scénarios possibles pour mon pokemon égaré. J'étais pour le moment la marionnette de mon imagination empoisonnée par de sombres pensées. Je devais au plus vite me débarrasser de ses fils destructeurs qui ne pouvaient que s'avérer contre productif dans nos recherches.  

La silhouette sombre paru assez réceptive à mon appel, ce que j'avais tant espéré. A moins que ce ne soit encore un tour de mon imagination. Etait-ce bien mon Zorua ? La réponse ne tarda pas lorsque je vis la pretite masse courir dans notre direction et se jeter dans mes bras grands ouverts pour une étreinte réconfortante. Enfin soulagée de l'avoir retrouvé, je ne pouvais m'empêcher de le câliner longuement, alors qu'il frottait gaiment sa frimousse sur ma figure. Malgré la peur qu'il venait de m'infliger durant les recherches, je n'avais ni la force ni l'envie de le gronder pour le moment. Peut être plus tard, si j'y songeais toujours. Il n'y avait pas eu mort d'homme, l'important était sans doute là. Je terminais de l'enlacer contre moi, avant de plonger mon regard dans le couloir d'où il venait. Mon regard alors si joyeux de revoir mon pokemon s'assombrit soudainement. Aucune trace du Moustillon, que nous pensions alors sur les talons de Nightmare. Où pouvait-il bien être s'ils n'étaient donc pas ensemble ? Tenant fermement ma boule de poil dans mes bras, afin qu'il ne s'échappe pas à nouveau, ce petit fourbe, je tâchais de regarder chaque parcelle de mur, de sol, cherchant un indice sur la direction qu'aurait pu emprunter le pokemon appartenant à Ethan. Nous avions dorénavant fait la moitié de notre objectif, et il était hors de question de l'abandonner sous prétexte que je ne recherchais plus rien. Je continuais de lui apporter mon aide, tant que le Moustillon ne sera pas retrouver à son tour. Je ne pouvais me permettre de le laisser là, et tourner les talons sans rien faire d'autre pour Ethan.

Durant ma petite investigation de mon côté, ce dernier m'interpelle soudainement, m'annonçant la découverte d'un indice crucial sur le chemin suivit par son pokemon, qui lui confère visiblement un véritable soulagement, qui mit un peu de baume au cœur. J'étais ravie d'apprendre quelque chose de si important. Nous approchions de notre objectif final, petit à petit, nos recherches portaient enfin leur fruit. Mais pourquoi les deux étaient venu à se séparer, cela je ne parvenais pas à le comprendre ... Je jetais un œil au petit renard, haussant un sourcil accusateur, m'attendant à une mauvaise blague de sa part qui aurait pu mal tourner. Et voyant sa bouille malicieuse, je présume que je ne me trompais guère. Vilaine bête, tu as bien de la chance que je ne puisse pas te comprendre, mais je savais au moins que tes plaisanteries n'avaient pas pour but de faire souffrir, je pouvais déjà être rassurée sur ce point, jamais tu n'aurais pu faire du mal au Moustillon.  

D'ailleurs, il semblerai que je ne sois pas la seule à me demander ce que Nightmare aurait pu faire en voyant Usui, et pourquoi ce dernier en était venu à s'éloigner. Et c'était une bonne idée de l'interroger directement, même s'il ne pouvait nous répondre, ou plutôt nous répondre dans sa langue, il pouvait toujours se démener pour nous faire comprendre ce qu'il avait à dire. Et justement, il se mit alors à se débattre dans mes bras, réclamant de descendre prestement. Je le lâchais donc, et il atterri sur le carrelage, sur ses petites pattes, avant de fixer dans un premier temps Ethan, avant de s'amuser à "arborer" l'apparence de son Moustillon, en ricanant doucement. Toutefois, reprenant vite conscience de la situation, il ne s'amusa pas plus et renifla l'air, puis le sol, à la recherche de la piste sans doute encore fraiche du Moustillon, avant de partir comme une rafale dans les couloirs. Une nouvelle course s'enchaina alors, pour retrouver peut être enfin Usui, l'odorat de Nightmare étant absolument infaillible, ce qui était enfin une bonne chose dans cette "chasse" au pokemon. N'importe où il pourrait être, Zorua le retrouvera, suivant sa trace tel un chien de chasse.

Quelques croisements de couloirs plus tard, Nightmare décida d'enfin reprendre son apparence normale, la truffe à nouveau vers le sol pour humer la piste, pendant que je reprenais mon souffle après cette énième course effrénée. Je sentais comme une certaine agitation chez mon Zorua. Avait-il perdu la piste ? Il scrutait fébrilement les couloirs, son regard ne se fixant jamais sur un point en particulier. Je sentis une nouvelle montée de stress m'envahir, le voyant tant hésiter. Il avait égarer la trace du petit pokemon ? Son oreille remua alors d'un petit mouvement soudain, comme si quelque chose lui était parvenu. Il s'élança alors d'un seul coup, Ethan et moi toujours à ses talons. Et au bout, finalement, de quelques mètres, nous y étions enfin. Il était là. Le petit Moustillon. Mais... Visiblement... Il n'était pas seul ...  







_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 21/07/2016
Messages : 45
Ven 5 Aoû - 0:26




Feat Galathéa Allister


Un premier contact renversant


Galathéa baisse les yeux vers son Zorua qu'elle porte dans ses bras, comme pour s'assurer qu'il ne lui viendrait plus à l'idée de s'enfuir, et lui posa elle-même les questions que je venais d'énoncer. D'abord attentif à ce qu'on lui demande, le petit renard commence à s'agiter dans les bras de sa maitresse, faisant ainsi comprendre qu'il veut descendre. Elle le laisse tomber par terre et nous l'observons.

Durant les premières secondes, il se contente de m'observer et je lis dans son regard toute la curiosité qu'il a à mon égard. Cependant, il se reconcentra bien vite sur ce qu'on lui avait demandé. Il prit une petite inspiration - enfin, une probablement très grande pour lui, mais petite pour moi et Galathéa - et se transforme sous mes yeux ébahis. J'avais déjà entendu vaguement parler des capacités étranges des Zoruas et Zoroarks, mais je ne l'avais jamais vu de mes yeux. Fasciné, je regarde ses membres changer de taille, sa posture se redresser et sa tête changer de forme. Avant même que je m'en rende compte, j'ai devant moi une copie conforme d'Usui, de la tête à la queue en passant par le coupillage sur son ventre, tout est là. Je suis scié devant des capacités sortant autant de l'ordinaire. Certes, les Métamorphs font de même, mais leur corps lui-même semble fait pour ça, là on parle d'un pokémon disposant d'un corps solide, d'un squelette, de muscles et tout le reste qui prend une forme tout à fait différente. Enfin, ce n'est pas le moment de s'extasier. Je reviens sur terre et il me semble que Nightmare ricane, comme si me tourmenter en prenant l'apparence d'Usui l'amuse, ce qui me fait un pincement au cœur.

Heureusement, il laisse bien vite tomber cette idée et se met à renifler quelque chose que ni moi ni Galathéa ne savons sentir. Presque immédiatement, il part dans le couloir avec toute la vitesse dont sont capables ses petites jambes. Nous courons pendant presque une minute entière, tournant à gauche, à droite, continuant tout droit. Tous les couloirs se ressemblent et je comprends qu'il est inutile de chercher à me repérer car je n'y arriverai pas. Ce bâtiment est bien trop grand et tout se ressemble beaucoup trop pour que je puisse m'y retrouver en courant ainsi, mieux vaut pour l'instant se concentrer sur ce qui est important, à savoir Usui !

Après une course qui me sembla durer une éternité, Nightmare ralenti le rythme et reprend son apparence d'origine - pourquoi la reprendre seulement maintenant alors qu'il est sûrement bien plus habitué à courir comme ça, mystère, mais ce n'est pas vraiment important - avant de s'arrêter complètement. Un début d'angoisse parvient à se frayer à nouveau un chemin dans mon cœur, me laissant fébrile. Aurait-il perdu la piste d'Usui ? Il paraissait si sûr de lui il y à peine quelques secondes pourtant ! Je le regarde observer les couloirs autour de nous, la truffe remuant au gré de ses inspirations. Il est tout aussi fébrile que moi et j'aperçois Galathéa qui ne semble pas plus rassurée de voir son pokémon hésiter de la sorte devant un croisement. Ça, ça n'est pas pour me rassurer… Elle avait pourtant l'air si fière du flair de son renard quelques minutes plus tôt… La piste de mon starter ne pouvait pas disparaitre comme ça d'un claquement de doigts, il devait bien y avoir quelque chose, quelque part ! Même un rien…

Au moment où l'abattement commence à me gagner, une oreille du petit Zorua s'agite et il reprend sa course dans les couloirs ! Il a retrouvé quelque chose ! C'est avec un soupir de soulagement que je me remets à courir à sa suite, gagné par un nouvel élan d'énergie. Encore un effort, je suis sûr qu'Usui n'est plus très loin ! En effet, au bout de deux ou trois croisements, nous finissons par apercevoir la petite loutre au bout d'un couloir. Enfin ! Mais il ne nous faut pas longtemps pour remarquer qu'il n'est pas seul…

Je lève la tête vers l'homme qui nous fait face et ai soudain envie de me faire trèèèèèèèèès petit. Plus que ça en fait. Plus petit que le plus petit des Taupiqueurs et creuser loin, très loin d'ici. Car la personne à laquelle nous sommes confrontés n'est ni plus ni moins que le directeur et fondateur de l'académie, le légendaire Red ! Je ne l'ai jamais rencontré, mais l'avoir vu une fois en photo suffit à pouvoir le reconnaitre. Il faut dire qu'on ne voit pas de tels yeux rouges tous les jours. Je ressens tout à la fois, un mélange de soulagement, de petitesse et surtout, un immense stress. Différent de celui qui m'habitait quand je croyais avoir perdu Usui, mais tout aussi dévastateur : le stress de faire bonne impression !

Usui me voit et trottine gentiment jusqu'à moi avec un grand sourire. Ho toi, tu as de la chance parce que si je m'écoutais…  Ben je ne te ferais rien en fait. On sait parfaitement tous les deux que je suis incapable de te faire quoi que ce soit d'injustifié. Et te frapper juste parce que tu es parti dans les couloirs et que je t'ai perdu de vue une dizaine de minutes, c'est injustifié. Même si ça m'a fait extrêmement peur.

Mais bien que le retrouver me remplis de joie et de soulagement, je ne peux m'empêcher de trembler un peu à cause de la présence du directeur qui pose sur nous un regard pénétrant. Ses yeux trahissent toutes les expériences qu'il a vécues, toutes les batailles qu'il a traversées, toutes les rencontres qui l'ont marqué. Mais pour l'heure, c'est sur nous que ces yeux sont posés, et on dirait presque qu'ils sondent jusqu'à nos âmes. Je frissonne et, mû par une soudaine impulsion, je m'incline brusquement et déclare presque d'une traite :

- Enchanté Monsieur ! Je m'appelle Ethan Mudaro et je viens d'arriver, j'espère qu'Usui ne vous a pas importuné ! Si c'est le cas, je vous présente mes plus plates excuses.

Malgré le fait que j'ai essayé de parler d'une voix assurée, elle a beaucoup tremblé et je n'ose imaginer ce qu'il va penser de moi, humble petit étudiant dont le pokémon est venu le déranger.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ici depuis : 01/06/2016
Messages : 66
Sam 6 Aoû - 19:43






J’eus le sentiment que de longues secondes s’écoulèrent, avant qu’un déclic ne se produise dans mon esprit, le regard posé sur l’individu nous faisant face, non loin du fameux petit Moustillon d’Ethan qui était finalement hors de tout danger, surtout avec cette fameuse personne… Un étrange sentiment parcouru tout mon corps, déglutissant difficilement, silencieusement ma salive, jetant mon dévolu sur le carrelage, prise d’un terrible embarras, et d’une sensation intense d’infériorité. Je fis également quelques pas en arrière, d’une extrême lenteur, sans pouvoir me contrôler, comme tétanisée. Je ne savais où trop me placer … Nous n’avions rien fait de mal, rien ne nous interdisait de vagabonder dans les couloirs … Toutefois je ne pus m’empêcher de ressentir un singulier malaise traverser mon corps, en la présence si impressionnante et imposante de notre directeur, qui n’était autre que le légendaire dresseur, Red. J’essayais de me réjouir que l’on ai enfin retrouvé Usui… Mais je ne pouvais m’empêcher de penser que nous risquions d’avoir des ennuis, l’ayant égaré auparavant… Cela me paraissait une bonne chose que ce petit Moustillon soit tombé sur quelqu’un d’aussi important, et qui jamais ne lui aurait de mal, que n’importe quel autre groupe d’étudiants qui auraient pu lui faire n’importe quoi.

Je relève doucement le regard, et je vois le Moustillon qui rejoint finalement son dresseur, tout sourire, heureux de le retrouver enfin. Je ressens une légère joie, et une petite satisfaction, quand je songe que nous l’avons en partie rattrapé grâce au flair et aux sens aiguisés de Nightmare, qui lui remuait doucement la queue, loin d’être aussi impressionné par le directeur, Red, qui nous fixe alors de ses yeux rouges, un regard impénétrable et terriblement intimidant … Je redescends mon regard au niveau du sol, m’attendant à un avertissement pour avoir laissé ainsi un pokemon sans surveillance. Soudainement, j’entendis Ethan se présenter en toute hâte, ce qui me fit légèrement sursauter, ne m’y attendant guère. Me mordillant discrètement l’intérieur de la joue, je discerne assez aisément le stress qu’il ressent également en présence de Red, ce qui ne me rassure pas à mon tour. J’avais la gorge comme noué, mais il fallait bien que je dise quelque chose aussi, sinon pour quoi je passerai ? … Plus facile à dire qu’à faire … Le regard fuyant, je me contentais d’un minuscule « Bonjour Monsieur », relativement ridicule et pathétique, il fallait bien le reconnaitre…  Red esquissa un petit rire amusé à notre égard, nous saluant à son tour et souhaitant d’une voix douce la bienvenue à Ethan, qui s’avéra être nouveau au sein de l’Académie. Déclarant ensuite que c’était toujours une joie d’accueillir de nouveaux étudiants prometteurs dans son établissement, et que son Moustillon ne l’avait en aucun cas déranger, il jeta un rapide coup d’œil à la montre qu’il portait au poignet, avant de nous laisser, ayant apparemment un important rendez-vous quelque part. Nous le saluons alors une dernière fois, avant qu’il ne s’éclipse, nous laissant à nouveau seuls avec nos compagnons.

Je sens soudainement la tension qui m’avait envahi redescendre soudainement, et je ne peux m’empêcher de pousser un long soupir de soulagement, ne ressentant plus la puissante aura imposante du directeur. Jetant un œil timidement à Ethan, je lui esquissais un petit sourire, pour tenter de le rassurer quelque peu également. Nous n’avions rien à craindre finalement, et tout c’était plutôt bien passé. Nous avions sans doute paniqué pour pas grand-chose, et en y pensant, je laissais échapper un petit rire, amusée par la situation. Reprenant rapidement un peu de sérieux, je plongeais dans une petite réflexion interne. Alors … Ethan était nouveau à l’Académie ? … Il ne devait donc pas vraiment connaitre les environs … Je me souvenais de mes débuts, mes premiers pas dans cette immense bâtisse… Combien de fois m’étais-je égarée dans ces couloirs qui paraissaient labyrinthiques, interminables et qui se ressemblaient tous ? Par chance, j’eus l’occasion de rejoindre un petit groupe, et me mêler à eux pour la visite de l’Académie … Enfin, me mêler à eux, façon de parler… Je m’étais surtout isolée quelque peu, restant légèrement en retraite, suffisamment pour ne pas les perdre de vue. Je me demandais alors si … S’il avait déjà fait le tour de l’école … Ce qui était fort probable… Mais… Je ne pouvais pas le savoir si je ne lui demandais pas. Prenant une grande inspiration, et mon courage à deux mains, je lui dis, sentant mes joues se teinter légèrement de rouge :


-Tu … Tu voudrais que je te fasse visiter un peu l’Académie… Si tu viens d’arriver ?


Je ne prétendais pas la connaitre aussi bien qu’une autre personne, mais je ne pouvais m’empêcher de penser que ce serait bien plus agréable et sympathique de visiter l’endroit avec quelqu’un, que le faire au hasard, n’ayant que pour seul compagnie son pokemon. Enfin, ce n’était pas non plus une réflexion ou quoi que ce soit … Les pokemons faisaient parti de nos vies, pour certains d’entre nous ils étaient là dès leur enfance, ayant grandi ensemble, quoi donc de plus normal, parfois, d’avoir un lien plus fort avec un pokemon qu’avec une autre personne. Toutefois… Si lui proposer de l’accompagner pour la visite pouvait l’aider à mieux assimiler l’endroit ne pouvait qu’être bénéfique. Et pour m’avoir aidé à retrouver mon Zorua, c’était la moindre des choses pour le remercier. Ma dette avait peut être déjà été payé, après tout, ayant retrouvé également son Moustillon, en quelque sorte. Enfin… Nous pouvions tout aussi reprendre nos routes, se séparer sur cette histoire maintenant terminée, rien ne nous retenait désormais. Il me restait encore du temps, avant que ne début les cours, dans tous les cas, et je n’avais prévu rien de spécial, rien ne m’empêchais de consacré un peu de temps à lui faire le tour de l’Académie, ou ne serait-ce que peut être les coins les plus importants. J’ignorais totalement s’il allait accepter mon offre, ou si c’était trop tard pour lui proposer la visite guidée, mais l’intention restait la même, n’est-ce pas ? Et c’était ce qui comptait le plus.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Présent] - Premier contact [Pv : Tenshi]
» Premier contact ~ « affaire de faussaire »
» Havrias, le premier contact.
» Premier contact
» Le premier contact depuis votre arrivé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pocket Monster :: ZONE RP :: Dans l'école :: Rez de Chaussée :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: